The Little Shop of Happy Ever After [Jenny Colgan]

Résultats de recherche d'images

Sorti en février 2016, ce roman n’a pas encore été traduit à ma connaissance. Cela dit, c’est un réel plaisir de lire les œuvres de la romancière Jenny Colgan dont le style m’avait déjà enchantée avec Meet Me at the Cupcake Café et sa suite Christmas at the Cupcake Café. Le scénario de cette nouvelle histoire ne peut que plaire à tous les amoureux des livres. En effet, l’héroïne est une libraire passionnée par la lecture dont l’ambition est de trouver le bon livre pour chaque personne !

L’histoire : Nina vient de perdre son poste de libraire au sein de la bibliothèque de Birmingham. N’ayant aucune envie de se reconvertir dans un autre domaine, elle a l’idée (un peu folle selon certains de ses proches) de changer complètement de vie. Elle se rend en Écosse avec l’intention de racheter un imposant van et de le transformer en librairie itinérante. Parviendra-t-elle à concrétiser ce projet ? Entre le climat peu idyllique et les manières « rustiques » de certains locaux, Nina se met à douter de sa capacité à se lancer dans une entreprise aussi ambitieuse qu’éloignée de sa vie quotidienne. La chance finit pas tourner et, avec l’appui d’anciennes et de nouvelles connaissances, elle lance sa librairie sur roues et la nomme « The Little Shop of Happy Ever After » (comprenez La petite boutique des fins heureuses). Au fil des rencontres, elle commence à trouver sa place, osant même penser à sa propre fin heureuse. Entre Marek, le conducteur de train letton à l’âme de poète, et Lennox, le fermier aussi désobligeant que déconcertant, Nina trouvera-t-elle l’amour comme celui dont parlent les livres qu’elle dévore à longueur de journée ?

Ce que j’en ai pensé : Jenny Colgan ne déçoit pas avec ce roman feel-good où l’on suit les aventures de Nina prête à tout chambouler dans sa vie pour trouver son bonheur, professionnel comme personnel. Les changements de vie sont un thème bien contemporain et nul doute que beaucoup de lecteurs se retrouveront dans cet aspect de la vie de l’héroïne.

Les histoires secondaires sont également intéressantes — Ainslee, jeune ado renfermée, aide Nina contre un petit salaire et quelques livres. Elle est parfois accompagnée de Ben, son petit frère à l’apparence négligée qui refuse d’aller à l’école et se plaint de brimades, ce qui ne fait que renforcer les suspicions de Nina quant à leur situation familiale probablement difficile. Elle cherchera à faire la lumière sur leur situation pour mieux les aider. Surinder, la meilleure amie de Nina, est un personnage extraverti, enjoué et sympathique qui se révèle un soutien important pour Nina. Puis, Kate, l’ex de Lennox, fait une apparition vers la fin du roman et sa personnalité explosive vient confirmer les nombreux indices dispersés au fil de l’histoire.

En somme, l’intrigue est certes cousue de fil (relativement bien) blanc, mais l’auteure parvient à transporter le lecteur dans le monde de Nina, ses doutes, ses peines et ses réflexions. On s’attache aux personnages et à la vie écossaise où la communauté et la solidarité sont des notions très concrètes qui imprègnent le quotidien parfois rude des habitants.

Une fois le dénouement atteint, vous aurez envie de passer vos prochaines vacances en Écosse à la recherche de La petite boutiques des fins heureuses de Nina !

Ma note :  ♥ ♥ ♥

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s