Les chroniques de Spiderwick [Holly Black]

Si vous ne croyez toujours pas aux fées et aux autres créatures fantastiques, découvrez les aventures des enfants Grace avec Les Chroniques de Spiderwick.

Cette édition réunit les cinq livres, à savoir Le livre magique, La lunette de pierre, Le secret de Lucinda, L’arbre de fer et La colère de Mulgarath.

Dans la veine des autres célèbres romans d’aventure jeunesse, Les chroniques de Spiderwick se lit avec beaucoup d’aisance et de plaisir. Petit ou grand, le lecteur se plonge dans un univers merveilleux peuplé de fées, de gobelins, de trolls et de géants. La confrontation entre le monde des humains et celui des créatures magiques est bien agencée et divertissante. L’auteure a su insuffler de l’humour et de l’excentricité, notamment au travers de la petite créature qui vit dans les murs du manoir. Très colérique, il sait se montrer très inventif dans les punitions qu’il inflige aux enfants Grace.

Les enfants Grace sont les héros de cette aventure épique tantôt féerique, tantôt cauchemardesque avec des monstres terrifiants, voire même violents. Non seulement ils doivent gérer l’impact du départ de leur père et s’habituer à une nouvelle demeure assez étrange, mais en plus ils se retrouvent au milieu d’une aventure aussi incroyable que dangereuse qui mettra leur courage et leur détermination à l’épreuve.

Les enfants Grace parviendront-ils à se débarrasser du grand méchant Mulgarath et à sauver leur mère ? Qu’adviendra-t-il du Grand livre d’Arthur Spiderwick à l’origine de tout l’aventure ?

Ma note : ♥ ♥ ♥

La version cinématographique est à certains égards très différente du livre, mais sympathique quoi qu’il en soit.

The Alpha Female’s Guide to Men and Marriage [Suzanne Venker]

The Alpha Female’s Guide to Men and Marriage shows women who have a dominating personality how to love a man.

America is in love with the alpha female. She’s the quintessential modern woman—assertive, razor sharp, and fully in control. Her success in the marketplace is undeniable, a downright boon to society. But what happens when the alpha female gets married?

She becomes an alpha wife, of course.

An alpha wife is in charge of everything and everyone. She is, quite simply, the Boss. The problem is, no man wants a boss for a wife. That type of relationship may work for a spell, but it will eventually come crashing down. Since 1970, just as women became more and more powerful outside the home—more alpha—the divorce rate has quadrupled. And it is women who lead the charge. Today, 70% of divorce is initiated by wives.

Do men just make lousy husbands? Not at that rate, says Suzanne Venker, bestselling author of The War on Men. The truth is that women don’t know how to be wives. Why would they? That’s not what they were raised to become.

But women can learn. There’s an art to loving a man, says Venker, and any woman can master it. An alpha female herself, Venker learned how to be a wife the hard way—through trial and error. Lots of error. And here’s what she knows today—the set of skills a woman needs to pursue a career, or even to raise children, is the exact set of skills that will mess up her marriage but good. No man likes to be told what to do. And no woman respects the man who does.

The Alpha Female’s Guide to Men and Marriage gives women who are used to being in charge the tools they need to make their marriages less competitive and more complementary. Part memoir, part advice, this brave manifesto argues that while marriage is more challenging for the alpha female, it is possible to find peace in your marriage. In fact, it may be easier than you think.

My thoughts on the book: I don’t usually read many self-help books, but at times it’s quite interesting. You can always get some things out of them. I believe the important thing is to always exercise your critical thinking and not take every single thing at face value. Take what you feel applies to you and leave the rest. They offer one truth, not a universal truth, just “a” viewpoint.

When I discovered this book in the NetGalley catalogue, I felt intrigued and as I’ve always considered myself relatively “alpha” (because of my entrepreneurial spirit and need for independence), I thought I might learn a thing or two about improving relationships dynamics. However, granted that the book is filled with valid points and interesting tips, there were some things that didn’t quite sit well with me. I believed it lacked a bit of perspective when it comes to “temperaments” (I’m referring to extrovert people vs. introvert ones). The Alpha women described in the book often come across as loud, somewhat bossy personalities, which is what led me to try the Alpha/beta test the author mentioned was available online. And apparently I’m a “purple” (low Alpha/mid-beta), basically an emotional person (a spot-on result). It made sense that I didn’t necessarily recognize myself in this self-help book. So, now that this matter was clearly established, I can say that I might not have been the main target audience.

But, again, it is always enlightening to learn about others’ experiences and this guide fulfills its mission. I recommend it because it’s important to form your own opinions based on a wide range of facts. Read it, pick what you deem necessary and leave what felt at odds with your own life. I think that, in the end, it is the purpose of a “self-help” book.

My score: ♥ ♥ ♥

Il neige sur Central Park [Nora Roberts]

Il neige sur New York et ses lieux magiques.
Central Park, Manhattan : tout l’enchantement de l’hiver est là !

La fantaisie, le caractère, l’humour… Les héroïnes de Nora Roberts possèdent toutes cette qualité propre aux personnages des œuvres de fiction réussies : on aimerait qu’elles franchissent la frontière de l’imaginaire et entrent dans la vraie vie, pour l’illuminer de leur charme.

Il n’y a jamais rien de mièvre chez Nora Roberts, qui excelle à rendre vibrantes et uniques des histoires d’amour intemporelles.

Il neige sur Central Park est un recueil de trois romans (Si près de toi, Le secret de Kergallen, Un envoûtant rendez-vous).

Ce que j’en ai pensé :

Le premier roman intitulé Si près de toi ouvre ce recueil en beauté. Empreint de romantisme, ce récit traite avec beaucoup de subtilité et d’élégance de grands classiques de la romance, à savoir les secondes chances en amour et l’importance de savoir (se) pardonner.

Hester Wallace et son fils Radley viennent d’emménager dans leur nouvel appartement new-yorkais, prêts à commencer leur nouvelle vie dans la grosse pomme. Banquière réputée, Hester est un personnage farouchement indépendant qui aime l’ordre et la sécurité. Fortement marquée par un divorce difficile, elle préfère se concentrer sur le bien-être de son fils et ne pas s’embarrasser de sentiments amoureux trop éphémères pour être fiables. Toutefois, elle ne reste pas insensible aux charmes de son voisin, Mitch, créateur de bandes dessinées à succès. Avec son apparence un peu négligée et son métier artistique, cet homme un peu fantasque et étrange pourrait dangereusement menacer le quotidien bien huilé qu’elle a créé pour sa petite famille. Lorsque Mitch noue une forte amitié avec Radley, petit garçon passionné par le célèbre héros qu’il a créé, Mitch sait qu’il pourrait avoir sa place à leurs côtés. Saura-t-il convaincre Hester ? Parviendra-t-elle à oublier ses peines passées afin de laisser une chance à l’avenir ?

Si près de toi est un roman captivant et touchant qui aborde avec beaucoup de tendresse les questions de la famille et de l’amour véritable.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

Il est suivi par Le secret de Kergallen. Après l’enthousiasme suscité par le premier roman, cette deuxième histoire m’a vraiment déçue. Serenity est une jeune femme américaine qui se rend en Bretagne pour rencontrer une grand-mère bretonne aristocrate dont elle n’a jamais entendu parler. Madame la comtesse de Kergallen est un personnage très guindé, à l’image de Christophe, le comte de Kergallen, un homme autoritaire, brusque et condescendant. La série Downton Abbey revisitée à la sauce bretonne mais en moins bien, malheureusement.

De manière globale, l’intrigue est certes relativement divertissante, mais les personnages trop caricaturaux et irritants. La fin reste satisfaisante et crédible, mais ça ne rattrape pas les faiblesses de tout le reste du récit. Des secrets de famille au potentiel narratif intéressant sont dévoilés en temps voulu. Mais, je crois que le plus dérangeant dans toute l’histoire reste la personnalité des personnages principaux. Malgré un caractère apparemment bien trempé, Serenity est trop souvent indécise et faible. Quant à Christophe, son machisme est poussé au paroxysme dans des scènes qui se veulent romantiques, mais qui deviennent davantage gênantes et brutales, frisant la tentative de viol ou l’agression.

La lectrice que je suis a bien eu du mal à s’identifier à ce couple à la dynamique bien étrange. Il n’y a rien de divertissant ou de romantique à voir une jeune femme se faire malmener sous des prétextes d’attirance physique contrariée.

Ma note : ♥

Le troisième roman qui s’intitule Un envoûtant rendez-vous a fort heureusement rattrapé tout cela en concluant le recueil avec une jolie histoire d’amour marquée par des thèmes émouvants — l’enfance difficile, la confiance et les deuxièmes chances.

Brooke, réalisatrice dans la publicité, est une jeune femme ambitieuse, forte et indépendante qui, malgré des débuts difficiles dans la vie, est parvenue à trouver sa voie et à se forger une carrière fructueuse dans un milieu pourtant dominé par les hommes. Profondément marquée par une histoire d’amour malheureuse, elle s’est construite une carapace bien solide qu’un certain Parks, joueur de base-ball adulé, va tenter de fissurer en faisant tout pour la séduire et obtenir sa confiance.

La narration est fluide et agréable. Les descriptions sont dynamiques et vivantes — qu’il s’agisse des scènes se déroulant au stade pendant les matches, pendant le tournage des publicités ou bien encore les passages intimes entre les deux personnages — le lecteur se laisse aisément transporté dans cette histoire d’amour qui parvient à dégager un vrai parfum de romantisme et de délicatesse.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

The Secrets of Second Wives [Kerry Fisher]

Two husbands. Two wives with a secret. One devastating betrayal.

Maggie loves her husband Nico. He’s caring and thoughtful but the shadow of his ‘perfect’ first wife Caitlin, constantly hangs over her. Then Maggie discovers that Caitlin has done something terrible, which if revealed could change Nico and Maggie’s lives forever …

Lara is married to Nico’s brother, Massimo. Their lives appear happy yet behind closed doors Lara has a secret that she can never tell. When she comes face to face with Massimo’s ex-wife, Lara is suddenly forced to confront her deepest fears about her life.

For a family held together by lies, the truth will come at a devastating price.

My thoughts on the novel: The Secrets of Second Wives turned out to be an incredible literary surprise. It is a gripping, emotional novel about how complicated it can be to navigate married life as a second wife. Forget the fairy tale and the happily ever after. This book is a page-turner with a worst-case scenario but a satisfying ending.

Through the prism of Maggie’s and Lara’s own perspectives, the reader has access to their deeper, inner thoughts, and the alternation of discourse offers a different angle on the events they experience and sometimes share. Following their streams of thought, you can really understand how they wound up where they are, why they react the way they do and how it all unfolded to reach this particular point in their lives. You can really connect with these two women.

The novel is somehow reminiscent of the Desperate Housewives storyline. Not only do they all live on the same street, but keeping appearances is also important in this posh family. Whilst reading, I often had the impression of hearing Marie Alice as the voice-over. You are really looking forward to seeing how the deeply buried family secrets will finally blow up in their faces! And the ending does not disappoint.

As a woman, you cannot but feel sorry for both characters who have to endure quite a tedious daily life — Maggie is struggling with a rude teenage stepdaughter who lost her mother but she also has to live in the shadow of the presumably perfect dead first wife. Lara is dealing with her bully of a husband, Massimo, who clearly has a severe narcissistic personality disorder. Both have married into a rich family of Italian origins, so you also have to count on a mother-in-law (Anna) who truly embodies your worst nightmare. She’s half harpy, half dragon! As a reader, I found myself deeply rooting for Lara to finally speak up her mind and free herself (and her son) from this hell she ended up living in. I really enjoyed the character of Beryl, Maggie’s mother. She’s not afraid to say things as they are. It was refreshing and exhilarating to see how she would put Anna in her place.

The novel is beautifully written with a complex, yet easy to read prose. It’s an emotional read on interesting topics — the power dynamics in couples, the sacrifices women make for their families, the flawed nature of human beings.

I’m sure Lara is a character that will speak to a lot of women who also had to give up their careers to raise their families (voluntarily or not quite). But, on top of that, seeing that she’s financially and emotionally trapped gave a very gripping dimension to the intrigue. The novel conveys a strong message about female empowerment and mutual respect.

I strongly recommend The Secrets of Second Wives, a well written novel about family, personal choices and life struggles.

My score: ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Les ombres de Brocéliande [Lynda Guillemaud]

Gabriel, jeune architecte parisien, apprend qu’il hérite d’un manoir en pleine forêt de Brocéliande, en Bretagne.
Au début indifférent à cette bâtisse qui lui vient de ses grands-parents, Gabriel se laisse peu à peu séduire par la maison… et par Marion, la charmante notaire qui s’occupe de la succession.
Une fois en Brocéliande, il apprend aussi à aimer cette mystérieuse forêt légendaire, tout en découvrant graduellement une histoire familiale dominée par la figure d’Eugénie, sa grand-mère paternelle.
Pourquoi Gabriel ne l’a-t-il jamais connue ?
Que sait Pauline, la vieille dame qui a accompagné Eugénie jusqu’à sa mort ?
Et pourquoi le chat d’Eugénie a-t-il si spontanément adopté le jeune homme à son arrivée ?
En cherchant des réponses à toutes ces questions, Gabriel plonge dans un passé douloureux qui lui révélera des secrets bien gardés et le mettra face à lui-même…

Ce que j’en ai pensé : Les ombres de Brocéliande est un roman très agréable à lire. Essaimé de légendes celtiques, il invite le lecteur à se plonger dans les mythes du cycle arthurien et la magie bretonne. Les personnages sont attachants et la narration fluide. L’intrigue regorge de mystères et de secrets de famille. On se prend facilement au jeu, suivant le déroulement de l’enquête menée par Gabriel et Marion, deux trentenaires qui partagent de nombreux points communs, notamment sur le plan des peines de cœur.

De la Bretagne à Paris, ce récit offre un contraste intéressant entre le rythme effréné de la capitale et le quotidien tranquille au cœur de la célèbre forêt.

De manière générale, c’est un roman divertissant et rythmé, qui se lit facilement et offre un bon moment de détente.

Toutefois, j’ai quand même quelques réserves sur deux rebondissements (ATTENTION, SPOILERS) :

En premier lieu, les amours contrariées entre Alice et Jean à Paris. Leur rencontre relève de la pure coïncidence. Ce n’est pas inconcevable, certes, mais j’ai trouvé que cette relation entre deux personnages qui ignorent leur lien de parenté, était un peu étrange.

Enfin, l’histoire de la fille d’Eugénie. Partons du principe qu’un soldat des années 1950 puisse réellement partir en mission en Centrafrique avec un nourrisson (avec une gouvernante ? peut-être…), il relève de la plus grande des coïncidences que, après le décès du père, l’enfant soit finalement adoptée par un couple vivant dans la ville natale de l’enfant.

Ces événements contribuent effectivement à faire progresser le récit et à réunir les personnages principaux. Ils n’entravent en rien le caractère divertissant du roman, mais c’est assez surprenant.

Brocéliande exerce peut-être une force puissante sur ses habitants ?

Quoi qu’il en soit, je suis contente d’avoir eu la possibilité de découvrir ce roman. Il m’a beaucoup plu et je pense qu’il suscitera l’intérêt des amateurs des fées, du merveilleux et des fins heureuses.

Ma note : ♥ ♥ ♥

The Dressmaker [Kate Alcott]

Torn between her dreams and the truth, she was faced with an impossible choice . . .

Tess, an aspiring seamstress, is stunned at her luck when the famous designer Lady Lucile Duff Gordon hires her to be a personal maid on the Titanic‘s doomed voyage. When disaster strikes, Tess is one of the last people allowed on a lifeboat – her employer also survives. On dry land, savage rumours begin to circulate: did Lady Duff Gordon save herself at the expense of others?

Tess’s dream of becoming a skilled dressmaker is within her grasp but now she is faced with a terrible choice. Suddenly she finds herself torn between loyalty to the fiery woman who could help her realise her ambitions and the devastating truth that her mentor may not be all she seems.

My thoughts on the novel:  The Dressmaker isn’t just another book about the Titanic. Much has already been said and written about the tragic event, but this novel offers a fresh and compelling new perspective by focusing on the aftermath of the shipwreck — especially the U.S Senate hearings, the inquiry and all the press scandals. From the characters to the plot and the writing style, everything is of top quality. The reader cannot but feel as though he/she were travelling back in time one chapter after the other. It is a riveting, engrossing novel that cannot leave you unmoved.

The part taking place onboard the Titanic is beautifully written, and deeply emotional when the actual sinking occurs. But, the rescue on the Carpathia isn’t the end of troubles for the main characters. From New York to Washington, they find themselves dealing with press scandals, public humiliation and political turmoil. The context is very much detailed, you can almost sense how it must have been like living there at the beginning of the twentieth century.

What’s striking is how the author leads the reader to reflect on the notion of bravery, especially when a scandal broke about the almost empty Lifeboat One and some alleged bribes. How would one react if they found themselves in a profoundly distressful situation? Would they act as heroes or would they let fear dictate their behavior? Are there really villains or simply flawed human beings trying to survive a terrible ordeal? The Dressmaker offers an enlightening perspective on the choices we all make, especially in dire situations.

I have been deeply moved by the excellent narrative, the underlying messages and the complexity of the characters. Tess is an intriguing character. She’s as strong-willed as she is sensitive. I was particularly enthused about the ending she gets. Some would say that she’s a clueless ingenue for being distraught by having not one, but two love interests. If you look beyond the surface, the author is sending a strong message about women’s possibilities in life. She embodies a modern, inspiring female figure. As for Lady Lucile Duff Gordon, you might initially believe she’s a caricature because of how arrogant and condescending — borderline bipolar — she comes across. But, do read till the end, there’s more to it than you might think. Lastly, I’ll mention the character of Pinkie, a fearless, independent reporter who will make your day when you read the final chapters.

The Dressmaker is a vivid, touching, deeply emotional novel that I strongly recommend.

A true gem not to be missed!

My score:  ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Les sœurs Grimm : Drôles de suspects [Michael Buckley]

Fini les vacances et les courses-poursuites avec des géants : Daphné et Sabrina Grimm doivent maintenant aller à l’école de Port-Ferries. Dès le premier jour, Daphné devient la préférée de Blanche-Neige, sa maîtresse. Alors que sa sœur s’amuse comme jamais, cette rentrée est un vrai cauchemar pour Sabrina. Et quand le corps de son professeur est retrouvé suspendu dans une immense toile d’araignée, elle comprend que l’école a un sérieux problème avec ses élèves de Findétemps. Les enfants des créatures de contes de fée ont-ils un rapport avec ce crime ? Les soeurs Grimm mènent l’enquête…

Ce que j’en ai pensé : Envie de magie et de dépaysement dans la veine de la série américaine Once upon a time ? Alors je vous conseille Les sœurs Grimm, un roman jeunesse réussi qui se décline en trois tomes (Détectives de contes de fées, Drôles de suspects et Le petit chaperon louche).

Certes destinée en priorité à un public plus jeune, cette trilogie offre tout de même un niveau de lecture qui interpellera les adultes qui ont conservé leur âme d’enfant. De l’éclatement de la cellule familiale aux difficultés à l’école, ce roman aborde des thèmes graves à travers de jeunes héroïnes au destin exceptionnel. Ce roman fourmille de personnages fabuleux sortis des contes de fées, voire des cauchemars. Les Findétemps sont des créatures incroyables dotées de pouvoirs magiques dont ils ne font pas toujours usage à bon escient. Sabrina, la plus âgée des sœurs Grimm, leur reproche souvent d’utiliser leur magie quand cela les arrange, notamment pour effacer la mémoire des habitants de Port-Ferries dès que les événements prennent une tournure qui les dérange.

Ancrée dans une ville hors du temps (Port-Ferries) à l’image de Storybrooke dans Once upon a time, l’histoire est rythmée, drôle et poignante, peuplée de créatures exceptionnelles et de personnages plus connus comme Blanche-Neige et le prince Charmant. Mais, oubliez les contes d’origine, Les Sœurs Grimm revisite les classiques avec panache et n’hésite pas à faire de Charmant un personnage fort désagréable.

La psychologie des deux petites filles est bien traitée, en particulier eu égard aux relations difficiles à l’école ou bien encore à la disparition inexpliquée de leurs parents, ce qui a des conséquences terribles sur leur quotidien (placement en familles d’accueil, etc.). Je souligne que ce deuxième tome se termine sur un événement de type cliffhanger assez angoissant. Le petit chaperon rouge semble sortir tout droit d’un film de Kubrick !

Les Sœurs Grimm : Drôles de suspects est un roman merveilleux, divertissant et pétillant pour les petits comme les grands !

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥