Minnie Darke

Quand les astres s’emmĂȘlent [Minnie Darke]

À Sydney, Justine Carmichael – Sagittaire cartĂ©sienne inflexible sur l’orthographe – croise par hasard Nick Jordan – Verseau inspirĂ©, accro Ă  la scĂšne –, son amour d’enfance. Les deux amis ont grandi ensemble et ne se sont plus revus depuis l’adolescence. Nick est comĂ©dien, ou tente de l’ĂȘtre, tandis que Justine attend patiemment qu’une place de journaliste se libĂšre au sein du magazine oĂč elle travaille, L’Étoile. Lorsque Nick confie Ă  Justine l’admiration et la confiance qu’il voue Ă  l’astrologue de L’Étoile et Ă  ses prĂ©dictions, la jeune femme commence Ă  s’intĂ©resser de plus prĂšs Ă  ce fameux horoscope. À la faveur d’une promotion tombĂ©e du ciel, Justine se lance alors dans une folle aventure
 Dans l’espoir d’influencer les dĂ©cisions de Nick et de le rapprocher d’elle, elle rĂ©Ă©crit en douce, chaque mois, les prĂ©dictions dĂ©diĂ©es aux Verseau. Mais rien ne va se passer comme prĂ©vu et les horoscopes de Justine vont bientĂŽt impacter la vie de personnes dont elle ne soupçonnait pas l’existence
 De turbulences stellaires en chaos tout Ă  fait terrestres, les quiproquos vont s’enchaĂźner, au fil de scĂšnes savoureuses. Peut-on se jouer du destin ? Rien n’est moins sĂ»r ! Accro aux prĂ©visions astrales ou totalement sceptique, vous serez envoĂ»tĂ© par ce roman !

đŸ“šđŸ’«đŸ‡ŠđŸ‡șMon avisđŸ“šđŸ’«đŸ‡ŠđŸ‡ș

Le thĂšme de ce roman est plutĂŽt original (l’astrologie et l’importance que certaines personnes lui accorde dans leur quotidien) en particulier dans le genre romantique et feel-good ; d’autant que l’histoire se dĂ©roule en Australie (autre point positif pour un dĂ©paysement garanti).

Sauf que l’histoire pĂątit de trop nombreuses digressions Ă  cause des parties intitulĂ©es « cuspide » qui introduisent rĂ©guliĂšrement de nouveaux personnages ; de courts Ă©pisodes type one-off mais on ne retrouve pas les personnages par la suite (enfin, sauf si vous lisez le livre jusqu’au bout car tous les fils narratifs se recoupent Ă  la façon des films chorales oĂč une multitude de personnages en apparence sans lien finissent pas ĂȘtre connectĂ©s entre eux de maniĂšre plus ou moins directe). Dans un film de 1h30 ça passe, mais dans un roman qu’on lit sur plusieurs jours (voire semaines pour certains), c’est plus difficile Ă  suivre…

J’ai trouvĂ© que ces passages ralentissaient trop l’intrigue et entravaient la fluiditĂ© de la lecture. On peut facilement perdre le fil et c’est dommage car la fin est plutĂŽt soignĂ©e et les personnages bien campĂ©s. Mais encore faut-il que le lecteur fasse l’effort d’aller jusqu’à la fin. Le roman aurait gagnĂ© Ă  resserrer son casting pour dynamiser la narration et ne pas perdre le lecteur.

Publicités

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s