Impyrium [Henry H. Neff]

L’une veut sauver l’empire, l’autre veut le détruire.

Un Cataclysme a ravagé la Terre. Le passé est tombé dans l’oubli. Les Faeregine, une famille de magiciens, ont sauvé le monde dévasté par les monstres et les démons. Pendant 3000 ans, les Faeregine ont régné sur Impyrium tels des dieux, oppressant les humains dépourvus de pouvoirs. Aujourd’hui, leur magie s’épuise, et leurs ennemis se multiplient.
Hazel est une princesse impériale qui rêve d’une vie tranquille au milieu des livres et des grimoires. Mais dans ses veines coule une magie ancienne. Une magie que l’impératrice souhaiterait utiliser pour restaurer le pouvoir de la famille. Une magie noire qui essaie de la dévorer…
Hob Smythe est un jeune mineur du Nord. Quand un étranger qui aurait connu son père décédé lui propose de poursuivre son rêve de renverser les Faeregine, Hob abandonne tout pour le suivre à la capitale. Là-bas, il devient un espion dont la mission est de se rapprocher de Hazel.

Hob et Hazel se retrouvent alors au cœur de luttes de pouvoir qui les dépassent. Ils ne le savent pas encore : la survie d’Impyrium pourrait bien dépendre d’eux.

Ce que j’en ai pensé : Je tiens à remercier les éditions Hachette de m’avoir donné la chance de lire ce roman via NetGalley. J’avais entendu beaucoup de bien de ce roman, certains critiques dressant même un parallèle avec l’univers Harry Potter. À certains égards, c’est une remarque pertinente.

Impyrium est une œuvre ambitieuse qui nous plonge dans un monde complètement inédit. Ancré au XXXIe siècle, le monde tel que nous le connaissons a totalement changé à la suite d’un événement majeur, un certain Cataclysme. Notre mappemonde actuelle n’existe plus. L’ordre sociétal est bouleversé et les modes de vie bien différents du nôtre. Oubliez les technologies, elles sont bannies pour avoir prétendument représenté un véritable danger ! Retour à un régime monarchique puissant, avec des strates sociales très marquées et des risques de rébellion, le tout enrobé de magie et de sorcellerie.

Ce roman est classé dans la catégorie jeunesse, mais je pense qu’un public trop jeune pourrait le trouver assez complexe à comprendre. Entre l’univers foisonnant de détails et la terminologie très travaillée, c’est un livre qui saura plaire aux jeunes adultes. J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteur incorpore de nombreuses références historiques et culturelles qui nécessitent parfois quelques recherches dans le dictionnaire. Attendez-vous à (re)découvrir des termes renvoyant à la société du Moyen Âge !

Impyria est une lecture stimulante, instructive et divertissante. La création de cet univers fouillé a indubitablement nécessité beaucoup de travail, il faut donc se laisser le temps d’intégrer tous ces nouveaux codes et un lexique singulier. Un passage un peu obligé en tant que premier tome. Mais, au fur et à mesure des chapitres, on se familiarise avec les enjeux des différents personnages, le contexte historique spécifique et la nature des protagonistes clés (mages, démons et créatures magiques à souhait !).

L’intrigue suscite beaucoup d’intérêt puisque divers niveaux de lecture sont proposés (d’où la nécessité d’avoir une certaine maturité pour les saisir). On peut tout à fait établir des parallèles avec les défis de notre propre monde contemporain.

L’idée de départ est vraiment intéressante et est particulièrement bien exécutée. Un premier tome réussi qui donne envie de se plonger dans une nouvelle saga d’envergure !

Ma note : ♥ ♥ ♥