Les égarements du cœur [Marie-José Aubrycoin]

Les égarements du coeurCette histoire nous plonge en l’An de grâce 174 où les us et coutumes sont à mille lieues de notre monde moderne. Comme les autres jeunes filles de son âge et de son rang, Marie de Saint-Amand a passé toute son enfance jusqu’à ses seize ans dans un couvent afin de se préparer à son « entrée dans la société ». Son père, soucieux de lui assurer un mariage convenable, l’emmène à Paris chez sa tante, une habituée de la scène mondaine. Là, Marie croise le regard d’un certain Flavio dont elle est rapidement éprise. Mais, à cette époque, les émois du cœur pèsent bien peu dans le choix d’un époux, sans parler de l’avis de la première concernée. C’est donc avec le fils d’un comte breton que Marie doit sceller son destin en vertu de la décision des pères des futurs époux. Marie part s’installer dans son nouveau foyer en Bretagne où, par chance, elle compte parmi ses voisines, Blanche, une amie proche connue au couvent. Marie saura-t-elle oublier Flavio et trouver son bonheur dans cette nouvelle vie auprès d’un gentilhomme qu’elle n’a pas choisi ?

Ce que j’en ai pensé : Ce livre s’est révélé une très bonne et agréable surprise. Le style épistolaire ne manque pas de rappeler le célébrissime roman Les liaisons dangereuses. Compte tenu de l’époque à laquelle se déroule l’intrigue, le vocabulaire et les tournures sont recherchés, parfois désuets mais ô combien plaisants à lire. On apprécie avec une pointe d’envie l’effort que les personnes déployaient dans leur correspondance en ce temps-là. J’ajoute que les formulations demeurent fluides et n’entravent pas la lecture.

De Paris à la Bretagne en passant par la Corse, on suit les (més)aventures de Marie, un personnage doux et attachant, au fil d’une intrigue intéressante mêlant habilement amours contrariées, secrets familiaux et enquête policière (ou plutôt religieuse). Le rythme devient plus soutenu lorsque notre héroïne se rend en Corse où se trament diverses manœuvres et manigances, ce qui ajoute du piment et du suspense au récit. L’histoire est bien ficelée et offre un aperçu des mœurs et exigences sociales d’une époque bien révolue, le tout couronné par un dénouement à la fois poignant et crédible.

Ma note : ♥ ♥ ♥