Il neige sur Central Park [Nora Roberts]

Il neige sur New York et ses lieux magiques.
Central Park, Manhattan : tout l’enchantement de l’hiver est là !

La fantaisie, le caractère, l’humour… Les héroïnes de Nora Roberts possèdent toutes cette qualité propre aux personnages des œuvres de fiction réussies : on aimerait qu’elles franchissent la frontière de l’imaginaire et entrent dans la vraie vie, pour l’illuminer de leur charme.

Il n’y a jamais rien de mièvre chez Nora Roberts, qui excelle à rendre vibrantes et uniques des histoires d’amour intemporelles.

Il neige sur Central Park est un recueil de trois romans (Si près de toi, Le secret de Kergallen, Un envoûtant rendez-vous).

Ce que j’en ai pensé :

Le premier roman intitulé Si près de toi ouvre ce recueil en beauté. Empreint de romantisme, ce récit traite avec beaucoup de subtilité et d’élégance de grands classiques de la romance, à savoir les secondes chances en amour et l’importance de savoir (se) pardonner.

Hester Wallace et son fils Radley viennent d’emménager dans leur nouvel appartement new-yorkais, prêts à commencer leur nouvelle vie dans la grosse pomme. Banquière réputée, Hester est un personnage farouchement indépendant qui aime l’ordre et la sécurité. Fortement marquée par un divorce difficile, elle préfère se concentrer sur le bien-être de son fils et ne pas s’embarrasser de sentiments amoureux trop éphémères pour être fiables. Toutefois, elle ne reste pas insensible aux charmes de son voisin, Mitch, créateur de bandes dessinées à succès. Avec son apparence un peu négligée et son métier artistique, cet homme un peu fantasque et étrange pourrait dangereusement menacer le quotidien bien huilé qu’elle a créé pour sa petite famille. Lorsque Mitch noue une forte amitié avec Radley, petit garçon passionné par le célèbre héros qu’il a créé, Mitch sait qu’il pourrait avoir sa place à leurs côtés. Saura-t-il convaincre Hester ? Parviendra-t-elle à oublier ses peines passées afin de laisser une chance à l’avenir ?

Si près de toi est un roman captivant et touchant qui aborde avec beaucoup de tendresse les questions de la famille et de l’amour véritable.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

Il est suivi par Le secret de Kergallen. Après l’enthousiasme suscité par le premier roman, cette deuxième histoire m’a vraiment déçue. Serenity est une jeune femme américaine qui se rend en Bretagne pour rencontrer une grand-mère bretonne aristocrate dont elle n’a jamais entendu parler. Madame la comtesse de Kergallen est un personnage très guindé, à l’image de Christophe, le comte de Kergallen, un homme autoritaire, brusque et condescendant. La série Downton Abbey revisitée à la sauce bretonne mais en moins bien, malheureusement.

De manière globale, l’intrigue est certes relativement divertissante, mais les personnages trop caricaturaux et irritants. La fin reste satisfaisante et crédible, mais ça ne rattrape pas les faiblesses de tout le reste du récit. Des secrets de famille au potentiel narratif intéressant sont dévoilés en temps voulu. Mais, je crois que le plus dérangeant dans toute l’histoire reste la personnalité des personnages principaux. Malgré un caractère apparemment bien trempé, Serenity est trop souvent indécise et faible. Quant à Christophe, son machisme est poussé au paroxysme dans des scènes qui se veulent romantiques, mais qui deviennent davantage gênantes et brutales, frisant la tentative de viol ou l’agression.

La lectrice que je suis a bien eu du mal à s’identifier à ce couple à la dynamique bien étrange. Il n’y a rien de divertissant ou de romantique à voir une jeune femme se faire malmener sous des prétextes d’attirance physique contrariée.

Ma note : ♥

Le troisième roman qui s’intitule Un envoûtant rendez-vous a fort heureusement rattrapé tout cela en concluant le recueil avec une jolie histoire d’amour marquée par des thèmes émouvants — l’enfance difficile, la confiance et les deuxièmes chances.

Brooke, réalisatrice dans la publicité, est une jeune femme ambitieuse, forte et indépendante qui, malgré des débuts difficiles dans la vie, est parvenue à trouver sa voie et à se forger une carrière fructueuse dans un milieu pourtant dominé par les hommes. Profondément marquée par une histoire d’amour malheureuse, elle s’est construite une carapace bien solide qu’un certain Parks, joueur de base-ball adulé, va tenter de fissurer en faisant tout pour la séduire et obtenir sa confiance.

La narration est fluide et agréable. Les descriptions sont dynamiques et vivantes — qu’il s’agisse des scènes se déroulant au stade pendant les matches, pendant le tournage des publicités ou bien encore les passages intimes entre les deux personnages — le lecteur se laisse aisément transporté dans cette histoire d’amour qui parvient à dégager un vrai parfum de romantisme et de délicatesse.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥