Lucien Young

Alice in Brexitland [Lucien Young]

Lying on a riverbank on a lazy summer’s afternoon – 23rd June 2016, to be precise – Alice spots a flustered-looking white rabbit called Dave calling for a referendum. Following him down a rabbit-hole, she emerges into a strange new land, where up is down, black is white, experts are fools and fools are experts…

She meets such characters as the Corbynpillar, who sits on a toadstool smoking his hookah and being no help to anyone; Humpty Trumpty, perched on a wall he wants the Mexicans to pay for; the Cheshire Twat, who likes to disappear leaving only his grin, a pint, and the smell of scotch eggs remaining; and the terrifying Queen of Heartlessness, who’ll take off your head if you dare question her plan for Brexit. Will Alice ever be able to find anyone who speaks sense?

My thoughts on the book: What an incredible tribute to the mad world created by Lewis Carroll! Just over 100 pages long, Alice in Brexitland is a deliciously witty and uproariously funny take on the notorious Brexit referendum.

The author really managed to capture Carroll’s signature style and transposed it in a Brexit modern context. The writing style is intricate and refined. It is unapologetically subjective and very much eye-opening on how politics and our society really work.

Obviously, you might find it more relevant if you aren’t particularly pro-Brexit, but you have to admit that the author created a really sobering gem that will give food for thought to anyone willing to get some much-needed perspective.

A satirical story filled with dark humour and sarcastic remarks. Highly recommended!

My score: ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ (=A must-read)

Publicités
Cecelia Ahern

Girl in the Mirror [Cecelia Ahern]

Girl in the Mirror: Two Stories Hardcover by Cecelia Ahern

Cecelia Ahern est connue pour avoir écrit PS : I Love You, un best-seller adapté avec succès au cinéma. Auteure de talent, elle est réputée pour distiller des pointes de magie dans la plupart de ses romans, une particularité qui m’a toujours enchantée. Girl in the Mirror n’est pas un roman, mais une nouvelle. Toutefois, ce récit ne déroge pas à la règle et comporte une dose de magie en s’inspirant manifestement d’une certaine Alice dans Alice de l’autre côté du miroir de Lewis Carroll.

L’histoire : Lila s’apprête à vivre l’une des plus belles journées de sa vie en épousant l’homme de ses rêves. Alors qu’elle se prépare dans la maison d’Ellie, sa grand-mère aveugle qui l’a élevée à la mort de ses parents, Lila ne peut s’empêcher de pénétrer dans la pièce interdite où se trouvent des miroirs dissimulés sous des draps noirs. Depuis son enfance, elle a obéi à la règle imposée par Ellie — ne jamais dévoiler les miroirs. Pendant vingt-huit ans, Lila a scrupuleusement suivi cette consigne et ne s’est jamais regardée dans un quelconque miroir chez elle. Mais en ce matin de noces, elle enfreint l’ordre de sa grand-mère et dévoile un immense miroir tout en longueur. Admirant sa splendide robe blanche, Lila pense que son esprit lui joue des tours : son reflet ne bougerait pas tout à fait comme dans la réalité ! À l’image des mésaventures d’Alice, Lila se retrouve de l’autre côté du miroir, tirée de force par un reflet diabolique. Ce double maléfique prend sa place dans le monde réel, laissant Lila coincée derrière la glace froide et inflexible. Impuissante, elle regarde l’imposteur vivre la vie qui devrait être la sienne lorsque la doublure sans scrupule a l’audace de découvrir tous les miroirs installés dans la salle de réception. Parviendra-t-elle à s’échapper à temps pour reprendre sa place auprès de son fiancé ?

Ce que j’en ai pensé : Ce roman nous plonge dans une intrigue fantastique rappelant les contes de Grimm. Une force maléfique s’en prend au personnage principal et lui fait vivre une situation cauchemardesque. Grâce aux descriptions poussées de l’auteure, on se met rapidement à ressentir l’angoisse et l’impuissance de Lila. On frissonne avec le personnage d’Ellie qui est parfaitement consciente de la situation pour l’avoir elle-même vécue il y a bien longtemps de cela. Celle-ci s’efforce de faire entendre raison au fiancé. Compte tenu de la brièveté du texte (c’est une nouvelle), il n’y a aucun temps mort et le dénouement est rapidement dévoilé. Mais, je dois avouer qu’il laisse un goût doux-amer. L’impression d’être plongée dans une fable ou un conte de type « grimmesque » est confirmée avec une fin certes poétique, mais sombre.

Ma note : ♥ ♥