Grace Kelly, l’amour et moi [Lucy Holliday]

Libby Lomax a toujours son bon vieux Chesterfield. Sa marque de bijoux décolle, elle tient enfin son ex envahissant à distance et Ollie, son meilleur ami, est sur le point de se marier avec une fille formidable… Tout va donc pour le mieux. Sauf que Libby est Libby. Elle est capable de confondre un chien sacré mexicain avec un rat. De rêver que c’est elle qui épouse Ollie. De se laisser inviter par un homme qui la renverse dans la rue. Bref : Libby a besoin d’aide… et qui mieux que Grace Kelly pourrait lui prodiguer quelques conseils ?
Ce que j’en ai pensé : Après Audrey Hepburn et Marilyn Monroe, j’ai retrouvé Libby Lomax en compagnie de Grace Kelly pour cette troisième et dernière aventure, concluant ainsi de manière princière la trilogie un peu déjantée et très enchantée de l’auteure Lucy Holliday.

Encore une fois, l’esprit de ce tome final est fidèle aux deux premiers volets. Libby continue son chemin vers la maturité avec l’appui d’une autre légende hollywoodienne au destin de conte de fées. Toutefois, j’ai été assez refroidie par le portrait que Lucy Holliday a brossé de Grace Kelly. L’apparition magique de cette icône n’est pas très agréable. Elle s’adresse à Libby avec une condescendance et une suffisance aristocratique très désagréables. Autant Audrey et Marilyn étaient sympathiques et candides, autant Grace est un peu trop hautaine et froide. Ce qui peut être déstabilisant dans une comédie.

Le deuxième reproche que je ferai à ce dernier opus est l’utilisation d’un cliché propre à la chick-lit : la survenue inopinée (et franchement improbable) d’un homme qui n’est rien de moins que milliardaire et vole au secours des amis de Libby à coup d’hélicoptère. Je conviens que l’auteure avait une nouvelle fois besoin de dessiner un parallèle entre le destin de la star hollywoodienne et la vie de Libby pour que cette dernière apprenne la dernière leçon la menant à concrétiser sa propre destinée. Mais, ce n’est pas ce qu’il y a de plus réaliste.

Cela étant dit, l’intrigue est globalement agréable et divertissante. C’est une lecture légère et pétillante qui n’a pas manqué de me faire rire. Dans la digne tradition des romans féminins de type « chick lit », le personnage principal a bel et bien son « happy ending ». Je ne vous dévoilerai pas avec qui (évidemment !), mais c’est une conclusion doudou, romantique et crédible.

En dépit des quelques défauts, je garderai un très bon souvenir de cette trilogie pleine de bonne humeur, d’humour et d’amour.

Ma note : ♥ ♥ ♥ (=j’ai beaucoup aimé)

If You Could See Me Now [Cecelia Ahern]

1150655Elizabeth Egan’s life runs on order: Both her home and her emotions are arranged just so, with little room for spontaneity. It’s how she counteracts the chaos of her family — an alcoholic mother who left when she was young, an emotionally distant father, and a free-spirited sister, who seems to be following in their mother’s footsteps, leaving her own six-year-old son, Luke, in Elizabeth’s care. When Ivan, Luke’s mysterious new grown-up friend, enters the picture, Elizabeth doesn’t know quite what to make of him. With his penchant for adventure and colorful take on things large and small, Ivan opens Elizabeth’s eyes to a whole new way of living. But is it for real? Is Ivan for real?

My thoughts on the novel: For many years, I have been a huge fan of Cecelia Ahern’s books. They’re always full of hope and love, all wrapped up with some magical pixie dust. In this regard, the novel “If you could see me now” is in keeping with the author’s signature writing style.

However, I must admit that it took me a long while to really take to this story. There were some lengthy passages that made it difficult to remain focused and interested.

I thought it took a bit too long to set out the context, the characters and their personalities.

To be fair, the core plot/storyline is quite interesting. It’s about the role of imaginary friends in the life of children… and adults! Out of the blue, Ivan becomes visible to an adult Elizabeth whose life is rather deprived of magic and enchantment. She’s been through quite a family ordeal from a mother walking out on her, her troubled sister who keeps storming in and out of their lives, and her complex father.

It was witty to introduce a character like Ivan into Elizabeth’s life to help her put her move on and strive for real happiness.

I thought the style was true to Ahern’s most famous books. I actually really enjoyed the final chapters that I found poetic and lovely.

Although this novel isn’t one of my favourite from Ahern, it’s still worth reading it because of the message it conveys about hope, friendship and happiness.

My Score : ♥ ♥ (= I liked it)

 

Marilyn, les hommes et moi [Lucy Holliday]

Découvrez la suite des aventures de Libby Lomax
Comment vivre une vie de star ?
En se mettant en coloc avec Marilyn !

Après avoir vu Audrey Hepburn sortir de l’écran et apparaître comme par magie dans son petit appartement de Londres, Libbie Lomax n’est pas (vraiment) surprise de trouver la blonde la plus célèbre d’Hollywood lovée dans son canapé Chesterfield, juste vêtue d’une fourrure blanche et d’une touche de Chanel N°5. En fait, c’est Marilyn qui sursaute et se demande ce qu’elle fait là ! Mais il ne faut pas sept ans de réflexion à la jolie blonde pour s’habituer à cette situation loufoque et pour décider que Libbie, en plus d’être sa nouvelle coloc, sera aussi sa best friend ever….
Charmante, pétillante, inattendue, cette comédie relance les aventures de Libbie Lomax, jeune femme en quête de confiance en soi et de grand amour. Auprès de la très amusante Marilyn, elle va une trouver une conseillère attentive et un peu fantasque. Elle va aussi se laisser attendrir par la fragilité de l’étoile, et ses rêves impossibles : car Marilyn ignore quel sera son destin

Ce que j’en ai pensé : Le premier tome m’avait plu par sa fraîcheur et sa candeur avec une Audrey Hepburn attachante. Ce deuxième tome m’a convaincue par son humour et son rythme.

Plus abouti, le roman Marilyn, les hommes et moi s’inscrit dans l’esprit du premier volet qui mettait en scène Audrey Hepburn, mais offre un récit encore plus divertissant et amusant. Cela s’explique surtout en partie grâce au personnage de Marilyn, plus fantasque et plus « fofolle » qu’Audrey, une icône qui se prête plus aisément à cette comédie à la sauce Bridget Jones.

En effet, le personnage de Libby Lomax partage davantage de points communs avec la personnalité de Marilyn. J’ai trouvé ce 2e tome plus piquant et plus complexe. C’est l’un des avantages d’une trilogie. Plus on avance dans la saga, plus on se plonge dans la complexité psychologique des personnages.

L’auteure nous propose une histoire riche en rebondissements avec un casting de personnages pétillants que l’on prend plaisir à mieux connaître.

Il me tarde de passer au 3e et dernier tome qui mettra, cette fois-ci, en vedette l’apparition enchanteresse et magique d’une 3e icône incontournable : Grace Kelly.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥ (=j’ai adoré)

 

Diary of a Single Wedding Planner [Violet Howe]

25765182Wedding planner Tyler Warren left heartbreak behind when she ran away from her small Southern hometown and started a new life in a big city. Years later, she wants to believe in the fairy-tale endings her job promotes, but the clients she meets day after day seem to be more “Crazily Ever After” than “Happily Ever After.”

Meanwhile, her own attempts at romance play out as bizarre comedies rather than love stories, and she’s starting to think Prince Charming either fell off his horse or got eaten by a dragon. When unresolved issues from Tyler’s past complicate things even further, she discovers she may yet have some things to figure out before she can find her own happy ending.

My thoughts on the novel: When I picked up the book, I was attracted to the girly cover and the light subject matter which made me think of countless Hollywood movies about Bridezillas. I thought I would get a funny, witty, entertaining rom-com. In the end, I felt mostly frustrated and bored. Poor Tyler has to deal with brides and grooms who seem to be blatant clichés of the worst-case scenarios for any wedding planners (except for one or two exceptions). On the personal front, Tyler doesn’t fare better with a smothering, borderline hysterical mother who just never seems to stop ranting about how inconsiderate her daughter is. On top of that, Tyler finds herself dealing with her ex-boyfriend/love of her life (Dwayne) who is back in her life completely out of the blue, five years after cowardly dumping her to marry another one — almost right after their breakup, basically. A betrayal of great magnitude. I mean, there were just too many major caricatures to be a credible narrative.

BUT, not all the characters are caricatural. I must admit that Ty’s best-friend Cabe is an interesting protagonist with a credible personality. So, not all was bad.

The book is less than 300 pages and it felt like it took me forever to finish it. I just couldn’t believe what I was reading, especially the way Tyler deals with the pathetic ghost of boyfriend past. It was so frustrating to see her get sucked into a toxic relationship and actually allocate precious time to a guy who broke her heart in one of the cruellest ways. The author tries to sugar-coat in a “I-have-to-get-a-proper-closure” kind of way, but to me, it was just plain clichéd and hard to believe, especially the way Dwayne addresses Tyler: he sounds oh-so-very pathetic almost the entire time. I couldn’t understand why Tyler would put up with that; “for old time’s sake” has its limits.

Maybe the subject of wedding planners and bridezillas has just been receiving too much coverage in books and films, and now it all seems like déjà-vu?! Who knows, maybe. What I know is that I really hoped to have a good time enjoying a light story, but I ended up hating the way Tyler navigated the curveballs fate threw at her. She rarely could catch a break. Even the dates she goes on are mind-boggling (in a negative way).

To be fair, the final chapters were more to my liking. Tyler finally gets to tell Dwayne how she really feels and she gets her happy ending after all. Although it was predictable, it was nice to end on a positive note after everything else.

I’ll conclude by saying that even though the book definitely didn’t appeal to me for a wide variety of reasons, it seems that it gets some very good reviews. So, don’t just take my word for it, by all means.

Like the author mentions at the very end, there is no such thing as bad publicity. 😊

My score: ♥ (= Quite so-so)

Audrey Hepburn, la vie et moi [Lucy Holliday]

Quand elle touche le fond, Libby Lomax connaît un remède imparable : se rouler en boule dans son canapé pour savourer son film préféré, Diamants sur canapé. C’est justement l’un de ces jours « sans » que l’improbable se produit : Audrey Hepburn sort de l’écran ! Parée de sa petite robe noire, de ses perles et de son fume-cigarette, l’actrice est bien décidée à aider Libby à mettre de l’ordre dans tous les domaines de sa vie. Hallucination ? Bonne fée ? … Ou charmante calamité ?

Audrey Hepburn en Pygmalion ?
Un concentré d’élégance pour une comédie addictive !

Ce que j’en ai pensé : Lorsque l’on est déjà fan des films et du style de l’icône Audrey Hepburn, on ne peut qu’être attirée par un roman féminin qui nous propose une apparition énigmatique de la légende de l’âge d’or du cinéma. Le résumé m’avait donné envie de me plonger dans cette lecture légère et sucrée.

J’ai beaucoup aimé ce scénario à la fois drôle et rythmé mettant en scène des personnages hauts en couleur, le tout saupoudré d’un peu de magie et de paillettes hollywoodiennes.

Libby enchaîne les mésaventures rocambolesques — entre ses déboires professionnels, personnels et capillaires. Après avoir lu un roman (Diary of a single wedding planner) que j’avais trouvé un peu tiré par les cheveux, j’ai vraiment apprécié la retenue de Lucy Holliday dans cette histoire. Certes, l’héroïne vit des péripéties insolites comme la scène humiliante au spa et sa percée inattendue en tant que créatrice de bijoux via Twitter, mais la narration reste légère. On ne se prend pas la tête et on passe un bon moment de détente.

Quel plaisir de lire les différentes scènes mettant en scène Audrey Hepburn dans un rôle à la croisée de la bonne fée-marraine et du pygmalion. Sans être un coup de cœur ni le roman de l’année, c’est une comédie réussie sans prétention qui m’a convaincue de découvrir les suites !

Ma note : ♥ ♥ ♥ (= j’ai beaucoup aimé)

Une (irrésistible) envie de sucré [Meg Cabot]

Heather Wells, ex-lolita de la pop, ne veut plus être victime de la mode. Elle se sent très bien en jean. Et sa vie d’avant, elle n’en veut plus. Elle décroche un job dans une résidence d’étudiants où l’on ne s’ennuie vraiment pas : deux filles meurent coup sur coup. Heather est persuadée qu’il s’agit d’un meurtre. Cela tombe bien car Cooper, le sublime garçon qui l’héberge dans sa sublime maison est détective. Une nouvelle vie commence pour Heather.

Ce que j’en ai pensé : Il s’agit du premier tome de la série Irrésistible, oeuvre de la reine de la chick lit — Meg Cabot. Vous avez forcément déjà vu son nom, voire lu l’un de ses livres. Elle est la plume derrière le succès planétaire « Le journal d’une princesse » (vous savez, la princesse Mia de Génovie ?) !

En lisant ce livre qui porte bien son nom (très sucré), j’ai eu l’impression de retomber en adolescence. C’est léger, pétillant et divertissant. Les personnages sont drôles et attachants, quoique parfois un peu caricaturaux.

Ex-starlette de la pop music, Heather se retrouve à travailler dans une résidence étudiante après avoir connu une fin de carrière chaotique (ses disques ne se vendaient plus très bien et pour couronner le tout, sa propre mère a volé sa fortune et est partie avec son manager en Argentine !!). Heureusement, elle peut compter sur Cooper, le frère de son ex-petit-ami, qui a accepté de lui offrir un toit, mais également sur ses collègues qui sont devenus sa nouvelle famille.

Persuadée qu’un meurtrier se cache derrière les « accidents » étranges survenus coup sur coup dans la résidence où elle travaille, Heather se lance dans une enquête qui la dépasse très vite. Parviendra-t-elle à faire toute la lumière sur cette affaire ? Finira-t-elle par avouer à Cooper les sentiments qu’elle éprouve à son égard ?

Avec ce roman, on passe un moment de détente très plaisant. C’est une comédie mi-romance mi-polar qui mêle habilement les codes du roman ado et du polar édulcoré.

On en redemande (heureusement 3 suites sont disponibles !)

Ma note : ♥ ♥ ♥

Midnight & Mistletoe at Cedarwood Lodge [Rebecca Raisin]

Planning a New Year’s Eve Party might be the kind of event Clio Winters used to dream about organising, but when everything is feeling a bit up in the air, she has to hope that this New Year, her wish really will come true.

My thoughts on the novel: Just 100 pages long, Midnight & Mistletoe is one of three books in the Cedarwood Lodge series by author Rebecca Raisin. I haven’t read the two previous installments entitled “Brides & Bouquets” and “Celebrations & Confetti”, and maybe at the beginning I sometimes felt as though I was missing some background info for the main characters. But, in the end, I really enjoyed this festive, New Year’s Eve-themed novel and felt like it can be read without knowing a lot about the previous episodes. It also made me want to read these two first novels.

Despite a couple of minor typos here and there, it is a really lovely, easy to read book I recommend to chick-lit lovers. It is a romantic and heartwarming tale about love, family, friendship and forgiveness (and true love!)

It’s a great read just a few days before ringing in 2017!

Score: ♥ ♥ ♥