Le souffle des feuilles et des promesses [Sarah McCoy]

Hallie Erminie, issue d’une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère. À New York, où elle s’est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l’être. Sous des abords arrogants et rustres, il est en fait d’une compagnie agréable.

Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de xixe siècle, et s’attachent l’un à l’autre sans oser se l’avouer. Malheureusement, quand Post part pour l’Alaska du jour au lendemain, la possibilité d’une histoire d’amour s’évanouit.

Commence alors un chassé-croisé, des États-Unis à l’Italie en passant par l’Angleterre et la France. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens ne font que croître. Le destin les réunira-t-il enfin ?

Sarah McCoy vit au Texas, où elle donne des cours d’écriture à l’université, tout en se consacrant à ses romans. Après l’immense succès d’Un goût de cannelle et d’espoir et d’Un parfum d’encre et de libertéLe Souffle des feuilles et des promesses est son troisième ouvrage publié en France.

Ce que j’en ai pensé : C’est le premier roman que je lis de l’auteure Sarah McCoy et j’ai été agréablement surprise. Il réunit tous les ingrédients d’une fresque romanesque et bouleversante. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai appris à la fin du roman (dans la partie Remerciements) que les personnages principaux (Hallie et Wheeler) avaient bel et bien existé !

Les deux héros mènent une vie absolument captivante et extraordinaire, marquée par de nombreux voyages à travers le monde, des succès professionnels et une véritable histoire d’amour. On prend beaucoup de plaisir à les suivre dans leurs incroyables aventures, que ce soit en Alaska à la recherche d’or pour Wheeler ou à travers l’Europe pendant l’un des périples de Hallie (entre bals royaux en Angleterre et batifolages sur la Côte d’Azur).

Certes, au début, il m’a fallu quelques chapitres pour bien rentrer dans le récit, mais une fois lancée, j’étais séduite par ces deux destins hors du commun. Romancière à succès, Hallie est une femme indépendante à fort caractère, très en avance sur son époque (le récit se déroule à la fin du 19e et au début du 20e siècle), en particulier eu égard à ses origines sudistes, une région réputée pour son conservatisme. Ses romans subversifs, parfois sources de scandales, lui permettent de se faire un nom dans le monde de la littérature américaine, mais également de rencontrer des grands noms de l’histoire comme le Président Roosevelt ou bien l’écrivain Mark Twain ! Hallie est une héroïne inspirante et attachante que la lectrice ne peut qu’apprécier à sa juste valeur.

Par ailleurs, je tiens à souligner le contexte historique qui offre une fascinante toile de fond au roman. On remarque sans difficulté l’important travail de recherche effectué par l’auteure. Très fouillé, ce roman nous embarque dans un voyage dans le temps fort sympathique.

Petit bémol : je trouve le titre original « Proof of Providence » beaucoup plus parlant que la traduction française (Le souffle des feuilles et des promesses) certes très poétique, mais franchement plus énigmatique. En effet, dès leur rencontre, Hallie et Wheeler réalisent qu’ils ne partagent pas la même vision de la vie sur un point ; Hallie ayant foi en la providence (et croyant aux signes du destin) et Wheeler étant beaucoup plus pragmatique. Le titre anglais est donc une référence directe à un thème qui oppose les deux héros dès leur première rencontre — un fil rouge qui se maintiendra jusqu’au dénouement du roman.

Je recommande vivement ce roman si vous avez besoin d’évasion et de romantisme.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ (=Coup de cœur)

Elle & lui [Marc Levy]

Elle est actrice. Lui, écrivain.
Elle s’appelle Mia. Lui, Paul.
Elle est anglaise. Lui, américain.
Elle se cache à Montmartre. Lui vit dans le Marais.
Elle a beaucoup de succès. Lui, pas vraiment.
Elle est même une star. Mais lui ne le sait pas.
Elle se sent seule. Lui aussi.
Il la fait rire. Elle enchaîne les maladresses.
Elle ne doit pas tomber amoureuse. Lui non plus.

Ce que j’en ai pensé : Marc Levy est réputé pour ses romans mêlant habilement comédie et romantisme. Cet opus propose une intrigue agréable avec des personnages sympathiques qui sont déjà connus de la galaxie Levy. Mais, n’ayez crainte, nul besoin d’avoir lu « Et si c’était vrai » pour se plonger dans ce livre qui réunit à Paris un écrivain américain et une actrice britannique.

Une rencontre fortuite (sans l’être tout à fait), des personnages drôles et attachants, des rebondissements divertissants et une narration légère — j’ai passé un excellent moment à suivre les péripéties de ces personnages qui traversent des moments difficiles. Ils ont la chance de se rencontrer à une période charnière de leur vie respective, formant un couple amis/amoureux insolite et inattendu qui se rapproche au fil de leurs rendez-vous dans des cadres incroyables (de l’Opéra de Paris aux plateaux télé de Séoul !).

Cette croisée entre le monde du cinéma et l’univers littéraire offre un moment d’évasion garanti.

Ma note : ♥ ♥ ♥

Les deux vies de Charlotte Merryweather [Alexandra Potter]

Résultats de recherche d'images

Et si vous tombiez par hasard sur votre moi plus jeune, que feriez-vous ? Tenteriez-vous de vous donner des conseils et d’éviter de commettre des erreurs ? C’est ce qui arrive à Charlotte Merryweather, jeune trentenaire londonienne à la tête d’une petite agence de relations publiques.

L’histoire : Stressée, surmenée et minée par d’innombrables allergies, Charlotte est persuadée d’avoir aperçu son « moi » de dix ans de moins tandis qu’elle était coincée dans les embouteillages de Londres. Hallucination ou véritable voyage dans le temps ? Quoi qu’il en soit, cet événement hors du commun plonge Charlotte dans une introspection sur la décennie écoulée, la personne qu’elle est devenue et les erreurs qu’elle aimerait ne pas avoir commises.

Loin semble l’époque où elle s’accrochait à son rêve de devenir écrivain et courait les bad-boys, enchaînant les chagrins d’amour et les fins de mois difficiles. Cette vie bohème où elle était toujours fauchée est désormais bien révolue. Aujourd’hui Charlotte mène une vie, en apparence, idyllique — une carrière florissante dans la communication, un petit ami attentionné qui veut acheter une maison avec elle, une vie saine et dynamique entourée d’amis fidèles. La vie dont elle a toujours rêvé. Pourtant, est-ce vraiment la vie qu’elle voulait ?

Ce que j’en ai pensé : Voici une histoire qui m’a tenue en haleine de bout en bout. Charlotte est un personnage ultra « speed » qui vit à 100 à l’heure et cela se ressent dans la narration très dynamique, rythmée par les innombrables activités de l’héroïne, mais surtout son flux continu de pensées. On s’attache rapidement et aisément à ce personnage qui se trouve à un moment charnière de son existence. Alors qu’elle s’apprête à fêter ses 32 ans, elle rencontre par un concours de circonstances son moi de dix ans de moins, une Charlotte radicalement différente, plus hippie, têtue, naïve et candide, qui adore s’amuser, sortir en boîte et qui rêve de faire de sa passion son métier.

Au fil des rebondissements, on observe Charlotte avancer dans sa réflexion et son introspection. Elle analyse les choix qu’elle a fait au cours des dix dernières années, tant sur le plan personnel que professionnel. C’est un thème qui touchera n’importe quel lecteur. Après tout, qui n’a jamais rêvé de rencontrer son moi du passé pour lui donner des conseils, voire même l’empêcher de commettre certaines erreurs ? Et si c’était le meilleur moyen de se trouver soi-même ?

Agréable à lire, ce roman offre des épisodes drôles et cocasses, notamment avec les scènes rétrospectives où l’on découvre une toute autre Charlotte, mais également des passages poignants et émouvants, en particulier avec l’histoire secondaire autour de Vanessa, la meilleure amie de Charlotte qui traverse une mauvaise passe conjugale avec son mari Julian.

À l’image de la note de l’auteure, si vous aviez su… qu’auriez-vous conseillé à votre moi plus jeune ?
Ma note : ♥ ♥ ♥

Le livre qui rendait fou d’amour [Catherine Choupin]

Le Livre qui rendait fou d'amour par [Choupin, Catherine]Résumé — Lénore constate que l’un de ses romans ensorcelle inéluctablement les lecteurs. Edgar, qui fait partie des nombreuses victimes, prend plusieurs identités successives sur Facebook pour tenter de se faire aimer en retour. La fatalité qui pèse sur l’ouvrage maudit prend alors un tour inattendu.

Ce que j’en ai pensé — Merci à Librinova de m’avoir proposé de lire ce roman qui traite du pouvoir magique des mots et de la relation spéciale qui se noue entre les auteurs et leurs lecteurs. Au fil de leurs échanges sur Internet, Lénore et Edgar tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Ce n’est pas un coup de foudre physique, mais la rencontre de deux âmes sœurs — deux esprits partageant la même passion pour la littérature, la poésie et la culture. Rédigé avec finesse et élégance, ce récit égraine de nombreuses références que l’auteure explique à la fin (une excellente idée !), ce qui a l’avantage de donner de bonnes idées de lectures complémentaires.

J’ai particulièrement aimé le contraste fond/forme : Lénore et Edgar apprennent à se connaître grâce aux technologies modernes comme la jeune génération, mais le contenu de leurs discussions est atypique en raison des connaissances culturelles et littéraires très pointues des deux personnages. Férus de poésie, ils s’appréhendent à distance, se jaugent et distillent des indices subtils quant à leurs sentiments. C’est fin, habile et romantique… à mille lieues des conversations parfois superficielles et primitives sur la toile.

Ce roman saura séduire les lecteurs et lectrices désireux de se plonger dans une véritable romance. Page après page, le lecteur peut vivre par procuration une belle histoire d’amour contée avec délicatesse.

Un livre qui porte bien son nom.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

Je vous aime [Catherine Siguret]

Entre le titre prometteur « Je vous aime » et la couverture rose bonbon, je me suis dit que je tombais sur une histoire d’amour bien guimauve qui ferait rêver la romantique en moi ! En plus, le résumé lâche les mots clés gagnants : « coup de foudre », « bonheur » et « passion amoureuse ». Bingo ! Ce ne pouvait être qu’une histoire sucrée et gourmande dans laquelle se plonger avec délectation.

L’histoire : Alice exerce le métier de « nègre », un terme peu valorisant pour celle qui consacre son temps à rédiger l’autobiographie des stars et vedettes en manque névrotique de couverture médiatique. Tout bascule lors d’un événement littéraire où elle a le coup de foudre pour un célébrissime écrivain milliardaire, Philippe Musil. Totalement sous le charme de cet homme charismatique et séducteur, Alice voit sa vie profondément bouleversée. Elle n’a plus goût à travailler, ses pensées étant exclusivement dirigées vers cet homme qui l’hypnotise et l’obsède. Alice en vient même à dévorer toute sa bibliographie, en arrivant à la conclusion qu’elle est la femme de sa vie ! Elle tente de reprendre contact par e-mail et se retrouve à attendre désespérément que ce Philippe lui réponde. Cette histoire peut-être se muer en véritable histoire d’amour ?

Ce que j’en ai pensé : Le résumé promettait une histoire romantique, légère et plaisante. Malheureusement, j’ai été rapidement décontenancée par le style de narration auquel je n’ai pas réussi à adhérer. J’aurais certainement préféré une narration par le « je », un accès direct à l’esprit d’Alice, sans aucun intermédiaire, d’autant qu’il est question de l’expérience du coup de foudre : quoi de plus personnel ?  Cela aurait été plus facile pour moi de comprendre le personnage d’Alice.  Cela dit, je pense que ce choix de narration s’est révélé aussi problématique car il s’est couplé à un style d’écriture particulier. Si celui-ci avait été plus simple et léger, mon avis aurait pu être différent. J’ai trouvé que les tournures et formulations étaient trop souvent alambiquées, longuissimes et confuses. Ce style très recherché était, à mon sens, peu adapté au contexte et à la nature du roman.

Par ailleurs, j’ai eu beaucoup de mal à m’identifier au personnage d’Alice qui perd totalement pied en tombant éperdument amoureuse d’un homme qu’elle ne connaît pas. Elle n’hésite pas à mettre en danger sa carrière (et sa santé mentale accessoirement) pour un homme qui s’affiche avec de multiples conquêtes en une des magazines people et qui a l’audace de lui envoyer en guise de réponse à son e-mail un simple « Alors ? » à la limite de l’insulte. Il a toutes les femmes à ses pieds et cela se ressent dans sa manière de lui répondre. Comment peut-elle avoir réellement envie de revoir cet homme certes riche et célèbre, mais peu enclin à faire preuve de ses compétences d’écrivain dans sa correspondance privée ?

Vous l’aurez compris, j’ai été déçue par ce roman sur le fond comme sur la forme. Cela arrive ! On ne peut pas tout trouver chouette et on ne peut pas plaire à tout le monde.

Je ne doute pas que ce livre puisse trouver son public. Je n’en fais simplement pas partie.

Ma note : ♥