Austenland [Shannon Hale]

17552626Jane Hayes is a seemingly normal young New Yorker, but she has a secret. Her obsession with Mr. Darcy, as played by Colin Firth in the BBC adaptation of Pride and Prejudice, is ruining her love life: no real man can compare. But when a wealthy relative bequeaths her a trip to an English resort catering to Austen-crazed women, Jane’s fantasies of meeting the perfect Regency-era gentleman suddenly become realer than she ever could have imagined.

Decked out in empire-waist gowns, Jane struggles to master Regency etiquette and flirts with gardeners and gentlemen; or maybe even, she suspects, with the actors who are playing them. It’s all a game, Jane knows. And yet the longer she stays, the more her insecurities seem to fall away, and the more she wonders: Is she about to kick the Austen obsession for good, or could all her dreams actually culminate in a Mr. Darcy of her own?

My thoughts on the book: I first watched the hilarious film starring Keri Russell, and I knew I had to read the book. Usually, I do it the other way around. Anyway, the book is actually quite short (193 pages), so it is an easy and quick read. Although the film took some liberty with the script, it is as refreshing and entertaining.

I might not necessarily put it on a must-read list, however I had a really pleasant time delving into this Austen detox Jane Hayes is embarking on. By immersing herself in this Austen full-on experience, she’s hoping to get all the Darcy craziness out of her system in order to enjoy healthy relationships in real life. And boy did she have a string of awful boyfriends! Jane Hayes is a relatable, witty young woman who shares her experience of this odd theme park that will make you wish it existed in real life. I would also retain one truthful quote from the novel “Fantasy is the opiate of women”, and by choosing to indulge in Regency-inspired novels, I must admit it is not entirely false.

All in all, if you feel like having a lovely, fun literary treat, I really recommend reading and watching Austenland. I’m also tempted by the second installment Midnight In Austenland. Why stop the fun?!

My score: ♥ ♥ ♥ ♥ (=I loved it)

Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent [Elie Grimes]

Zoey est la sœur de Dalton et la meilleure amie d’Adrian, à qui sa tante Vic voudrait bien la voir mariée. À trente ans à peine, elle a monté sa propre entreprise de traiteur avec son assistante, devenue amie, Sally, qui aime bien Dalton.
Elle n’écoute jamais les conseils de Fran, sa mère, ou de Nana, sa grand-mère adorée, car elle préfère se confier le soir à son chat, Sushi. Sinon, la vie de Zoey n’est pas compliquée. Encore moins quand elle rencontre Matthew Ziegler, le critique gastronomique le plus influent de New York, un type parfaitement imbuvable qui semble bien décidé à mettre sa cuisine à l’épreuve, jusque dans les moindres détails…
Voici une comédie cent pour cent new-yorkaise, sexy et efficace ! Ce chassé-croisé amoureux contemporain porté par des dialogues vifs et percutants, rythmé par mille et un rebondissements, révèle une héroïne au caractère volcanique.

Un roman d’amitié, une histoire familiale, une passion torride : et si Elizabeth Bennet s’était réincarnée au XXIe siècle dans une jeune cuisinière américaine ?

Ce que j’en ai pensé : Entre la couverture attrayante, le titre accrocheur et le résumé prometteur, ce roman féminin avait piqué ma curiosité. Comment résister à une histoire qui comporterait apparemment une héroïne de type Elizabeth Bennet ?

Bon, en toute franchise, j’ai mis un peu de temps à me plonger dans l’intrigue. Je crois que cela est dû en partie à la scène d’ouverture — la réception chez les parents de Zoey — que j’ai trouvé longuette. Dès le départ, j’ai aussi eu du mal avec le personnage de la mère de Zoey. Je l’ai trouvé tellement caractérielle et caricaturale que cela m’a un peu refroidie. Elles ont de toute évidence de gros problèmes en termes de relation mère-fille.

Toutefois, après cette période de flottement, tout s’est plus ou moins décanté. Les imbroglios et les trios (ou quartos) amoureux ont enfin pu se dérouler. De manière générale, j’ai trouvé les protagonistes intéressants et complexes. Tous cachent des blessures secrètes et un caractère bien trempé, ce qui se traduit par des scènes piquantes et rythmées.

J’ai lu ce livre en très peu de temps, ce qui est plutôt positif. Même si j’ai bien aimé ce roman, il ne m’a pas pour autant transporté outre mesure. C’est pour cela que j’ai mis deux cœurs et demi (il se situe quelque part entre « j’aime bien » et « j’aime beaucoup »).

Ce roman offre un bon moment de détente. Mais je n’irai jusqu’à le classer dans la catégorie comédie. Tout reste assez sérieux — on ne compte plus les disputes, les rivalités amicales, amoureuses et familiales, les blessures cachées des uns et des autres, les rancœurs datant de l’enfance/adolescence ou à l’égard de la famille. Il y a quelques scènes cocasses, mais globalement, on a davantage affaire à des histoires humaines profondes et émouvantes où le but final demeure l’octroi du pardon et l’acceptation. J’ai trouvé particulièrement intéressant le fait que tous les personnages clés finiront par découvrir un « récit » différent des événements qu’ils ont traversés en écoutant le point de vue de leurs amis et proches. Au fond, ils ont tous des préjugés les uns sur les autres. On retrouve ainsi un petit clin d’œil à l’œuvre Orgueil et Préjugés de Jane Austen.

En lisant ce livre, vous découvrirez des amitiés qui traverseront de graves tempêtes, une histoire familiale complexe avec des personnages d’origine italienne très colorés, et enfin une romance torride qui apporte une bonne dose de piquant.

Tous les ingrédients sont réunis pour se laisser divertir par ce scénario qui se prêterait sûrement aisément à une adaptation cinématographique (sous réserve d’intégrer des scènes vraiment comiques !).

Ma note : ♥ ♥ et demi !