Grace Kelly, l’amour et moi [Lucy Holliday]

Libby Lomax a toujours son bon vieux Chesterfield. Sa marque de bijoux décolle, elle tient enfin son ex envahissant à distance et Ollie, son meilleur ami, est sur le point de se marier avec une fille formidable… Tout va donc pour le mieux. Sauf que Libby est Libby. Elle est capable de confondre un chien sacré mexicain avec un rat. De rêver que c’est elle qui épouse Ollie. De se laisser inviter par un homme qui la renverse dans la rue. Bref : Libby a besoin d’aide… et qui mieux que Grace Kelly pourrait lui prodiguer quelques conseils ?
Ce que j’en ai pensé : Après Audrey Hepburn et Marilyn Monroe, j’ai retrouvé Libby Lomax en compagnie de Grace Kelly pour cette troisième et dernière aventure, concluant ainsi de manière princière la trilogie un peu déjantée et très enchantée de l’auteure Lucy Holliday.

Encore une fois, l’esprit de ce tome final est fidèle aux deux premiers volets. Libby continue son chemin vers la maturité avec l’appui d’une autre légende hollywoodienne au destin de conte de fées. Toutefois, j’ai été assez refroidie par le portrait que Lucy Holliday a brossé de Grace Kelly. L’apparition magique de cette icône n’est pas très agréable. Elle s’adresse à Libby avec une condescendance et une suffisance aristocratique très désagréables. Autant Audrey et Marilyn étaient sympathiques et candides, autant Grace est un peu trop hautaine et froide. Ce qui peut être déstabilisant dans une comédie.

Le deuxième reproche que je ferai à ce dernier opus est l’utilisation d’un cliché propre à la chick-lit : la survenue inopinée (et franchement improbable) d’un homme qui n’est rien de moins que milliardaire et vole au secours des amis de Libby à coup d’hélicoptère. Je conviens que l’auteure avait une nouvelle fois besoin de dessiner un parallèle entre le destin de la star hollywoodienne et la vie de Libby pour que cette dernière apprenne la dernière leçon la menant à concrétiser sa propre destinée. Mais, ce n’est pas ce qu’il y a de plus réaliste.

Cela étant dit, l’intrigue est globalement agréable et divertissante. C’est une lecture légère et pétillante qui n’a pas manqué de me faire rire. Dans la digne tradition des romans féminins de type « chick lit », le personnage principal a bel et bien son « happy ending ». Je ne vous dévoilerai pas avec qui (évidemment !), mais c’est une conclusion doudou, romantique et crédible.

En dépit des quelques défauts, je garderai un très bon souvenir de cette trilogie pleine de bonne humeur, d’humour et d’amour.

Ma note : ♥ ♥ ♥ (=j’ai beaucoup aimé)

Ne m’appelez pas Blanche-Neige [Gally Lauteur]

Entrez dans la sombre forêt parisienne et revivez la féerie 2.0 d’une princesse qui ne s’en laisse pas conter. Oserez-vous croquer cette pomme ?

Qui a dit que la vie était un conte de fées ? Lorsqu’on est trahie par sa meilleure amie, difficile d’y croire. Sous le choc, Blanche, 18 ans, préfère s’enfuir dans la nuit parisienne, entraînée par de mystérieux fêtards rencontrés sur le réseau social le plus populaire du moment. Si la magie devient virale, une princesse peut-elle s’en sortir avec pour seules armes : sa répartie et son téléphone ? Oserez-vous croquer cette pomme d’amour et découvrir le cœur des princes de votre entourage ?

Ce que j’en ai pensé : Avec la sortie du dernier film Disney, nous sommes nombreuses à être encore dans l’ambiance magique des contes de fées. Autant dire que « Ne m’appelez pas Blanche-Neige » sort à point nommé !

L’auteure nous propose une adaptation contemporaine du célèbre conte avec des personnages complexes et une intrigue rythmée, le tout aboutissant à un roman divertissant et émouvant. Il est très facile de s’identifier au personnage de Blanche, une introvertie un peu solitaire qui voit son monde s’écrouler lorsqu’elle découvre la trahison des trois personnes qui comptent le plus pour elle.

Bien malgré elle, Blanche se retrouve au cœur d’une autre histoire de famille lorsqu’elle rencontre par hasard une bande de copains appartenant à la « jeunesse dorée ». Ce contraste frappant donne lieu à des scènes drôles et piquantes, en particulier avec Jay, un bad boy ultra sûr de lui et à la répartie bien sentie.

Une Blanche-Neige se devant de trouver son prince, il fallait lui dénicher le candidat idéal — séduisant mais sensible, populaire mais digne de confiance. L’auteure est parvenue à créer un personnage crédible avec Rob dont on découvre un passé sombre inattendu, ce qui lui confère une profondeur intéressante.

Petite mention spéciale au personnage excentrique de la sorcière qui m’a beaucoup amusée avec ses noisettes volantes !

J’ai passé un très bon moment en compagnie de Ne m’appelez pas Blanche-Neige, un roman qui reprend astucieusement tous les codes du conte original. Je le recommande vivement, ne serait-ce que pour le message qu’il transmet au sujet de l’amitié véritable dans un monde dominé par le paraître et les réseaux sociaux.

L’auteure a confirmé sur Twitter qu’elle comptait nous offrir des suites (?!), je m’en réjouis d’avance et je serai au rendez-vous !

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

The Little Mermaid [Metaphrog]

The Little Mermaid is Hans Christian Andersen’s most celebrated tale and is beautifully adapted here as a graphic novel by the Eisner award nominated duo Metaphrog (Sandra Marrs and John Chalmers), winners of the Sunday Herald Scottish Culture Awards Best Visual Artist 2016, and authors of the acclaimed The Red Shoes and Other Tales.

The Little Mermaid lives deep under the ocean and longs to see the world above. When at last she is allowed to rise to the surface at age fifteen, she falls in love with a young prince. In order to become a human and to be with him, she makes a dangerous pact with the Sea Witch.

My thoughts on the book: The Little Mermaid is one of my favourite tale from growing up. And I must admit that when I first read the “real” story written by Andersen, I was sad that the mermaid didn’t get a happy ending like she does in the Disney version. But, if you really think about it, the fact that most of the original versions of fairy tales are actually very dark is far more interesting. It gives more food for thought on some level, even though you keep thinking that they deserve to be happy, and it’s quite unfair and frustrating.

That’s why I really liked this new edition of the famous story. It is based on the original storyline. It’s a gripping story boasting beautiful illustrations.

I really enjoyed it, except for one little fact — I was really disappointed with the way the Prince looked. He has very feminine, almost androgynous facial traits. He didn’t strike me as attractive at all. But that’s very biased one might argue.

My score: ♥ ♥ ♥

The Tenth Kingdom [Kathryn Wesley]

308039Do You Believe In Magic?

The Tenth Kingdom is a contemporary drama, set in a world where fairy tales, folklore and traditional myths come to life.

The story follows the fortune of Virginia, a New York waitress, who unwittingly finds herself in the fantasy world of the Nine Kingdoms, where she must save a prince from the clutches of his evil stepmother, and restore him to the throne.

This is a modern, epic tale of good versus evil that will grip the imagination and leave you spellbound.

My thoughts on the novel: The Tenth Kingdom is one of my favourite fantasy books. It’s based on a successful Hallmark mini-series. Famous fairytales, myths and legends are revisited in this captivating story where magic and reality merge beautifully.
The characters are very endearing, the intrigue is action-packed, and carefully sprinkled with a lovely sense of humour. Will Virginia and her father manage to find the traveling mirror to return to New York? Can they defeat the Evil Queen and help Wendell take his throne back?

It is an emotional journey from down-to-earth Manhattan to the incredible, multifaceted lands of this magical realm where you’ll meet trolls, fairies, princes and princesses, among many other fascinating creatures.

It will appeal to both the young and the young at heart.

My Score: ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

The Toorak Jackpot [Rosemary Macindoe]

Before Rupert Murdoch married Jerry Hall and Tony Abbott was Prime Minister of Australia, enterprising shoe salesman Bert Smith got an offer he couldn’t refuse—to live the high life in Melbourne’s premier suburb—Toorak!

There was a catch, however…

He had to tell everyone within cooee that he was a prince—a Toorak prince!

And that’s when all the fun began for Bert!

Writing from her experience growing up in Toorak, Rosemary Macindoe blends a mélange of humour, satire and with a dash of poignancy in “The Toorak Jackpot”. This modern fable, inspired by Dickens’ “Great Expectations” explores what it means to be truly wealthy.

My thoughts on the novel: The Toorak Jackpot is a fun, entertaining novella with a deep message about fame, money and happiness. What is the true meaning of life? Can happiness only be achieved by becoming a billionaire or a prince? These are the main themes being dealt with in this well written story.

Set in beautiful Melbourne, the story unfolds at a good pace, with interesting characters like Bert Smith, a successful shoe salesman who gets dumped by his wife just before hitting the jackpot — he inherited a fortune and a mansion in Toorak, a fancy suburb renowned for being the home of the Melburnian socialite.

Bert must go through an interesting inner process to find out what happiness and wealth really are about.

How refreshing it was to read about this modern story set in Australia and specifically in Melbourne which I was lucky enough to call home in another life! 🙂 Yes, technically the story was great, and, icing on the cake, it struck a personal chord.

If you are keen on reading a riveting story with an Aussie flavour, I strongly recommend it.

My score: ♥ ♥ ♥ ♥

Le bertèl de Noël ou le maloya du volcan blanc [Dominique Dambreville]

4e de couverture — Il était une fois quand le temps était dans le temps, dans le bienheureux temps, la veille de Noël, une petite vieille du nom de Tatiana.

Elle vivait dans sa case, nichée au cœur du cirque de Mafate : un vrai petit royaume. Aujourd’hui le moment que la femme attendait, était enfin venu. La grande fête brillait dans ses yeux comme seul sait briller un grain de longanie. Ce mois de décembre, celui que Tatiana préférait, était vraiment féérique.

Au fond de la cour, le somptueux pied de letchis dans sa robe écarlate croulait sous le poids de ses fruits trop lourds. Le soleil d’or inondait les lilas. La lumière jaillissait des flamboyants. […]

Ce que j’en ai pensé : Cet ouvrage au format BD est un magnifique livre de Noël aux couleurs exotiques. L’auteure nous offre un très joli conte qui nous plonge dans l’ambiance de cette fête magique au cœur d’une terre australe où l’on attend la visite du « Gramoune Noël » muni de son bertèl (sac à dos en vacoa tressé, une hotte surtout utilisée par les habitants des Hauts de l’île).

Rédigé en français, le conte inclut une petite poignée de passages en créole réunionnais. Toutefois, si vous lisez ces passages à voix haute, il est relativement aisé de comprendre ce que se racontent les personnages. On suit le parcours de Tatiana à travers l’île en quête d’un petit Prince qui serait né la nuit précédant son départ. Rejoignez la vieille dame sur les sentiers splendides de cette île aux reliefs variés et époustouflants.

Autre point fort, les illustrations sont vraiment magnifiques, soignées et festives. Ce conte de Noël aux saveurs tropicales saura susciter l’intérêt des plus curieux et des lecteurs avides de voyages !


Troisième tome d’une série qui compte le « voile de la mariée » et « Ti Jean marmaille la forêt », cet ouvrage destiné aux jeunes lecteurs, associe l’esprit du conte philosophique qui aborde des questions du présent, à celui de la fable qui fait appel à l’imaginaire. L’île de la Réunion y est magnifiée à travers ses sites, sa végétation et la convivialité qui règne à la campagne. Les lecteurs émus suivront pas à pas la vieille Tatiana dans sa veillée de Noël.

Si vous voulez découvrir la magie créole de Noël, sachez que ce livre est disponible sur ce site : http://www.livranoo.com/livre-Reunion-Le-bertel-de-No%C3%ABl-929.html

À propos de l’auteure

Dominique Dambreville est née dans le petit village réunionnais des Avirons dans les parfums des jardins créoles. Après ses études à l’École Normale, devenue maître formateur, on lui confie la direction du Centre Culture/Lecture/Environnement du Brûlé à Saint-Denis. Pour faire découvrir aux enfants le plaisir de la lecture, elle les reçoit en internat avec leurs parents et leurs enseignants… Elle a participé à la mise en place de bibliobus à l’île Maurice et de trois bibliothèques dans des écoles françaises de Madagascar… Elle anime régulièrement des cafés littéraires. Conteuse, elle devenue auteure de quatre ouvrages : Le voile de la mariée (Azalées éditions), Ti Jean Marmaille la forêt ou la vie tranquille d’un vagabond solitaire, Le Bertel de Noël et Ma Réunion à petites touches (Éditions Alain Baltz). Elle a reçu la médaille de bronze et d’argent de La Jeunesse et des Sports et est promue au rang de l’Ordre National du Mérite en 2001. Elle est la marraine du 3e Salon du livre de jeunesse de l’Océan Indien en 2008. http://auteurs.la-reunion-des-livres.re/?p=659

20161206_161443

***

ÉVÉNEMENT

Dominique Dambreville sera présente à la Cité du Volcan (Plaine des Cafres, Ile de la Réunion) le samedi 17 décembre pour une séance de dédicaces. Cliquez ici pour tout complément d’information.

Journal de Mia (tome 1) de Meg Cabot

Journal de Mia - Tome 1 - La grande nouvelle

Le journal de Mia tome 1 : la grande nouvelle marque le début des aventures princières de Mia Thermopolis, une jeune new-yorkaise de quatorze ans qui découvre que son père est le prince héritier de Genovia, un petit pays coincé entre la France et l’Italie et dont personne n’a jamais entendu parler. Jeune ado complexée et un brin rebelle, Mia ne sent pas le moins du monde apte à ce rôle, d’autant que sa vie est suffisamment compliquée comme cela, entre ses disputes avec Lilly, sa meilleure amie à l’âme militante et sa mère fantasque qui commence une relation amoureuse avec son prof de math du collège, sans oublier ses amours inexistantes qu’elle attribue à son manque cruel d’atouts féminins. Il ne manquait plus que débarque sa grand-mère pour lui donner des « leçons de princesse » qui ne l’enchantent guère.

Ce que j’en ai pensé : Principalement destiné à un public adolescent, ce roman est drôle et attendrissant dans la façon d’aborder les problèmes courants chez les adolescentes, le tout saupoudré d’un peu de magie royale. Il s’agit en réalité d’une réédition puisque ce roman est sorti en 2000 sous le titre de Journal d’une princesse. Il a d’ailleurs été adapté avec succès au cinéma dans Princesse malgré elle avec Anne Hathaway. Toutefois, le livre et le film divergent parfois de manière assez importante. Par exemple, le livre présente une grand-mère princesse douairière intransigeante, autoritaire et hautaine tandis que le film a préféré une Julie Andrews sympathique et chaleureuse.

J’ai eu beaucoup de plaisir à me replonger dans une histoire que j’avais découverte à l’adolescence. On remarque que le texte a été remanié pour incorporer des références plus récentes comme Kate Middleton. Cette nouvelle parution en date du 29 juin 2016 permet ainsi à la nouvelle génération de découvrir cette aventure romanesque et princière remise au goût du jour avec succès.

Ma note : ♥ ♥ ♥