Donna Douglas

Les filles du Nightingale [Donna Douglas]

30197011Trois jeunes filles très différentes s’inscrivent comme apprenties infirmières dans un grand hôpital d’enseignement de Londres en 1934.

DORA
Elle quitte sa misérable maison bondée de la classe ouvrière pour une meilleure vie. Mais possède-t-elle ce qu’il faut pour suivre les autres filles mieux éduquées ? Et est-ce que son détestable beau-père la laissera un jour partir ?

HELEN
Elle est née pour cette carrière : son frère est médecin et sa toute-puissante mère est une administratrice de l’hôpital. Mais arrivera-t-elle à vivre sa propre vie ?

MILLIE
L’infirmière Benedict est une aristocrate rebelle, dont l’attitude insouciante la fera se disputer encore et encore contre l’infirmière en chef. Est-ce que tout cela lui tient suffisamment à cœur pour devenir une infirmière ? Ou retournera-t-elle à la vie luxueuse dans laquelle elle est née ?

Ce que j’en ai pensé : Avec comme bandeau promotionnel « best-seller du Sunday Times », Les filles du Nightingale se présentait comme un roman prometteur, d’autant que les critiques élogieuses pleuvent sur les réseaux sociaux et les autres blogs littéraires. Pratiquement un an après avoir acheté la version poche (oui ! j’ai pris mon temps !!), je me suis enfin plongée dans ce pavé de 676 pages. Après avoir tourné le toute dernière page, je peux dire que ce premier tome de la série Nightingale me laisse un sentiment plutôt positif.

L’histoire est une sorte de version austère de Grey’s Anatomy dans l’Angleterre des années 30. Dans l’hôpital d’enseignement Nightingale se croisent plusieurs destins de jeunes filles aux parcours différents mais à l’ambition commune : devenir infirmière. Qu’elles proviennent d’un milieu privilégié comme Millie ou d’une famille défavorisée de l’East End londonien comme Dora, les aspirantes infirmières découvrent l’exigence de la formation Nightingale tout en devant faire face à une multitude de problèmes personnels. Entre les romances contrariées, les difficultés relationnelles avec d’autres personnages forts comme la peste Lucy, ou la menace des remontrances de leurs supérieurs, Dora, Helen et Millie apprennent à s’affirmer au fil des chapitres et des nombreux rebondissements.

D’une écriture dense et dynamique, ce roman se lit facilement et entraîne aisément la lectrice dans un univers rythmé par des exigences morales incroyablement restrictives. L’auteure a réussi à planter un décor riche et crédible. Certes long, ce livre ne présente pas spécialement de longueurs, ce qui mérite d’être souligné. J’ai trouvé les trois héroïnes attachantes et leurs histoires respectives prenantes, mais sans pour autant me sentir emballée outre mesure. Curieusement, j’ai beaucoup aimé ce récit mais ce n’était pas un coup de cœur comparativement à d’autres romans qui m’ont passionnée ces dernières semaines. Peut-être est-ce dû au milieu hospitalier ou à l’époque rigide ? Je pense qu’il me manquait quelques moments de légèreté à la Downton Abbey pour être plus éprise du roman. Quoi qu’il en soit, je le recommande tout de même pour toutes les qualités précitées.

Ma note : ♥ ♥ ♥ (=J’ai beaucoup aimé)

Publicités
Ali McNamara

Breakfast at Darcy’s [Ali McNamara]

10231797When Darcy McCall loses her beloved Aunt Molly, she doesn’t expect any sort of inheritance – let alone a small island! Located off the west coast of Ireland, Tara hasn’t been lived on for years, but according to Molly’s will, Darcy must stay there for twelve months in order to fully inherit. It’s a big shock.

And she’s even more shocked to hear that she needs to persuade a village full of people to settle there, too. Darcy has to leave behind her independent city life and swap stylish heels for muddy wellies.

Between sorting everything from the plumbing to the pub, Darcy meets confident, charming Conor and sensible, stubborn Dermot – but who will make her feel really at home?

My thoughts on the book: Let’s start with the positive side: Breakfast at Darcy’s is an entertaining chick-lit book with rather endearing characters and somewhat enticing descriptions of a wild, yet fictional, Irish island called Tara. Filled with Irish legends and a fair share of love triangle drama, it is a fun, easy read. However, it was not always very credible to me…

I have some reservations about the title “Breakfast at Darcy’s” which, I feel, doesn’t reflect properly what the book is about. It does include a reference to Truman Capote’s famous novella Breakfast at Tiffany’s, but it’s such a quick reference in the book that it isn’t relevant enough to convey a proper feeling of what it is about. The title and cover are quite misleading. I really think the editor should really have gone for an all-out Irish flavour (leprechaun, clover, green stuff, and whatnot). That would have made sense!

Other weak element: the main trigger — Darcy inherits an almost deserted island off the Irish coast and is supposed to establish a prosperous new community. But here’s the major flaw in the project: The previous communities died out over the years because they couldn’t grow crops or take care of any regular cattle! And for some baffling reason, the dead aunt Molly thought it was a good idea to challenge Darcy with the following mission: establish a new community in order to qualify for a major money inheritance! You want to be rich? Then, try and succeed where everyone else failed! Of course, it’s a work of fiction AND a romance, so Darcy comes up with a solution to ensure the tight-knit community can earn a living. But, it kind of seems far-fetched to me.

Overall, yes, I kind of liked it because it’s a quick and easy read (relevant for a relaxing beach day)… but I wasn’t enthused by it. I thought it lacked some grit and credibility to deliver on the chick-lit promise.

My score: ♥ ♥ (= I kinda liked it)

Tamara Balliana

Love in Provence [Tamara Balliana]

Cassie est Américaine et travaille comme consultante pour le groupe hôtelier Richmond. Son rêve ultime ? Diriger un jour un hôtel. Quand ses patrons l’envoient en France pour une dernière mission avant de lui confier un établissement, elle saute dans le premier avion pour Marseille, bien décidée à faire ses preuves.

Malgré son habitude des voyages, lorsqu’elle se retrouve dans le Lubéron, au cœur de la Provence des cartes postales, l’expérience est très différente de ce à quoi elle s’attendait ! Le mistral, la gastronomie à la française et le chant des cigales la plongent dans un univers dont elle n’avait jamais osé rêver.

Sa collègue Olivia va l’entraîner à la rencontre des personnages hauts en couleur de sa nombreuse famille, et Cassie ne restera pas insensible au charme troublant de Damien, le sexy directeur de l’hôtel. Son plan de carrière bien huilé résistera-t-il à ses aventures lubéronnaises, et à l’amour ?

Ce que j’en ai pensé : Malgré le titre laissé en anglais, il s’agit bien de la traduction française. Love in Provence est une comédie romantique idéale pour l’été. C’est léger, frais et pétillant. On ne se prend pas la tête et on suit avec plaisir les aventures provençales d’une Américaine, consultante hôtelière envoyée dans le Lubéron où elle va faire la rencontre de personnages tantôt flamboyants (Olivia la collègue et colocataire), tantôt bourrus (Vincent, le voisin dont le regard explose son baromètre de l’ennui). Cela donne le cadre idéal pour une mise en contraste de deux cultures et de deux modes de vie : l’Américaine en France. L’intrigue est certes cousue de fil blanc, mais l’on ne tient guère compte de ce défaut tant l’écriture est fluide, les péripéties rigolotes et le casting attachant.

Love in Provence répond aux critères de la romance et du genre chick-lit. Il saura plaire aux lectrices avides d’histoires d’amour qui se terminent bien, le tout au rythme étourdissant du mistral et dans un parfum entêtant de lavande !

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥ (=J’ai adoré)

Victoria Cooke

The Holiday Cruise [Victoria Cooke]

The high seas are calling!

As if it weren’t enough to be cheated on by her husband of ten years, Yorkshire lass Hannah Davis is losing her beauty salon business too. Luckily, her big sister is there to pick up the pieces, but Hannah is desperate to find some independence.

Impulsively, Hannah applies for a spa job…on a cruise ship! Christmas in the Caribbean, springtime in the Mediterranean, what’s not to like? But, despite being in her thirties, Hannah has never done anything on her own before, and she’s terrified.

As the ship sets sail, Hannah has never been further from home…or closer to discovering who she is and who she wants to be.

My thoughts on the book: I had enjoyed Victoria Cooke’s previous novel The Secret to Falling in love, so I was keen on reading this new one. Hannah is an endearing character going through a painful breakup. Not only does she have to deal with the humiliation of having been cheated on but she also loses her spa business. What better remedy than go away to get some perspective? This is precisely what Hannah does by applying for a beautician job on a cruise. The perfect gig to travel to exotic places and meet new, interesting people, especially Ben, a jilted groom who decided to go on his honeymoon — wifeless. He’s the perfect candidate for a good chick-lit romance.

Obviously, the plot is pretty predictable, but as a reader, I still very much enjoyed reading about Hannah’s adventures in the Caribbean, Spain and Italy, as well as her process to finding happiness again. The novel is fast-paced, funny and moving. It’s well written and compelling. I also thought the sisterly bond between Hannah and Jen was deep and poignant. The message about finding your own path, being independent and self-reliant was spot-on. I thought it was a positive, empowering message for all women. Chick-lit can sometimes be deeper than you think!

Highly recommended read!

My score: ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ (=a must-read)

Sophie Kinsella

Ma vie pas si parfaite [Sophie Kinsella]

À Londres et dans le Somerset, de nos jours.
Sorties culturelles, soirées animées, restos branchés, job de rêve dans une grande agence de pub, d’après ses comptes Facebook et Instagram, Katie, 26 ans, vit la vie géniale des it-girls de Londres.
En réalité, elle loue une fortune une chambre minuscule dans une coloc à presque deux heures du centre, vit sur un budget tellement serré qu’elle doit parfois choisir entre un repas et un « mokaccino » hors de prix et travaille pour une boss cauchemardesque. Et quand cette dernière décide de la virer sous un prétexte pour le moins léger, Katie n’a d’autre choix que de rentrer chez son père dans le Somerset.
Mais pas question de se laisser abattre. Londres ne veut pas d’elle ? Katie va trouver un moyen de faire venir Londres à elle et de faire de la ferme familiale l’endroit le plus hype de tout le Royaume-Uni. Tellement hype qu’il pourrait bien attirer les hipsters de la capitale et avec eux, de vieilles connaissances…

Ce que j’en ai pensé : Je connais plutôt bien Sophie Kinsella, célèbre auteure de chick-lit dont je garde un excellent souvenir avec les romans Twenties Girl, Un weekend entre amis et I’ve got your number, entre autres. C’est donc avec plaisir que je me suis plongée dans ce nouvel opus au titre accrocheur.

Dès le premier chapitre, je me suis surprise à éclater de rire, les scènes cocasses étant particulièrement bien mises en scène et narrées avec légèreté. Les personnages principaux, notamment Katie, sont très attachants. L’univers est certes convenu (opposition campagne/ville), mais ce contraste saisissant permet de mettre en avant des personnages à forte personnalité, particulièrement Demeter, une working-girl autoritaire et détestée par son équipe, ou encore le père de Katie, un homme attendrissant qui se trouve à des années lumières de l’univers superficiel de la publicité/image de marque à Londres.

Le thème du roman est particulièrement d’actualité et saura éveiller l’intérêt de bon nombre d’adeptes des réseaux sociaux. Katie fait en effet partie de tous ces gens qui diffusent une image lissée et idéalisée de leur vie quotidienne sur Instagram, parmi d’autres plates-formes. Aux prises avec cette pression qui consiste à afficher en permanence une façade de bonheur constant et de réussite sans accroc, Katie doit affronter les difficultés financières qu’une vie à Londres impose à ceux qui démarrent leur carrière. En tant que lectrice, on suit avec bienveillance et empathie les hauts (et surtout les bas) du quotidien de Katie. Entre ces mésaventures humiliantes à Notting Hill, ses colocataires cauchemardesques et son travail bien loin des paillettes et du glamour, elle trouve un peu de réconfort en s’inventant une vie parfaite sur Internet.

Point fort du roman : j’ai été très agréablement surprise par la tournure des événements autour du personnage de Demeter. Les liens entre Katie et sa patronne vont radicalement évoluer et offrir à l’intrigue un virage intéressant et rythmé.

Globalement, j’ai passé un très bon moment en compagnie de ce roman qui est parfaitement adapté à un après-midi farniente à la plage. Sans être un coup de cœur, ni un livre profondément bouleversant, c’est un roman féminin divertissant, amusant et attendrissant avec un joli casting.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥ (=J’ai adoré)

 

 

Sarah McCoy

Le souffle des feuilles et des promesses [Sarah McCoy]

Hallie Erminie, issue d’une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère. À New York, où elle s’est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l’être. Sous des abords arrogants et rustres, il est en fait d’une compagnie agréable.

Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de xixe siècle, et s’attachent l’un à l’autre sans oser se l’avouer. Malheureusement, quand Post part pour l’Alaska du jour au lendemain, la possibilité d’une histoire d’amour s’évanouit.

Commence alors un chassé-croisé, des États-Unis à l’Italie en passant par l’Angleterre et la France. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens ne font que croître. Le destin les réunira-t-il enfin ?

Sarah McCoy vit au Texas, où elle donne des cours d’écriture à l’université, tout en se consacrant à ses romans. Après l’immense succès d’Un goût de cannelle et d’espoir et d’Un parfum d’encre et de libertéLe Souffle des feuilles et des promesses est son troisième ouvrage publié en France.

Ce que j’en ai pensé : C’est le premier roman que je lis de l’auteure Sarah McCoy et j’ai été agréablement surprise. Il réunit tous les ingrédients d’une fresque romanesque et bouleversante. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai appris à la fin du roman (dans la partie Remerciements) que les personnages principaux (Hallie et Wheeler) avaient bel et bien existé !

Les deux héros mènent une vie absolument captivante et extraordinaire, marquée par de nombreux voyages à travers le monde, des succès professionnels et une véritable histoire d’amour. On prend beaucoup de plaisir à les suivre dans leurs incroyables aventures, que ce soit en Alaska à la recherche d’or pour Wheeler ou à travers l’Europe pendant l’un des périples de Hallie (entre bals royaux en Angleterre et batifolages sur la Côte d’Azur).

Certes, au début, il m’a fallu quelques chapitres pour bien rentrer dans le récit, mais une fois lancée, j’étais séduite par ces deux destins hors du commun. Romancière à succès, Hallie est une femme indépendante à fort caractère, très en avance sur son époque (le récit se déroule à la fin du 19e et au début du 20e siècle), en particulier eu égard à ses origines sudistes, une région réputée pour son conservatisme. Ses romans subversifs, parfois sources de scandales, lui permettent de se faire un nom dans le monde de la littérature américaine, mais également de rencontrer des grands noms de l’histoire comme le Président Roosevelt ou bien l’écrivain Mark Twain ! Hallie est une héroïne inspirante et attachante que la lectrice ne peut qu’apprécier à sa juste valeur.

Par ailleurs, je tiens à souligner le contexte historique qui offre une fascinante toile de fond au roman. On remarque sans difficulté l’important travail de recherche effectué par l’auteure. Très fouillé, ce roman nous embarque dans un voyage dans le temps fort sympathique.

Petit bémol : je trouve le titre original « Proof of Providence » beaucoup plus parlant que la traduction française (Le souffle des feuilles et des promesses) certes très poétique, mais franchement plus énigmatique. En effet, dès leur rencontre, Hallie et Wheeler réalisent qu’ils ne partagent pas la même vision de la vie sur un point ; Hallie ayant foi en la providence (et croyant aux signes du destin) et Wheeler étant beaucoup plus pragmatique. Le titre anglais est donc une référence directe à un thème qui oppose les deux héros dès leur première rencontre — un fil rouge qui se maintiendra jusqu’au dénouement du roman.

Je recommande vivement ce roman si vous avez besoin d’évasion et de romantisme.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ (=Coup de cœur)

Lacey London

Meet Clara Andrews – Book 1 [Lacey London]

24779543Meet Clara Andrews… Your new best friend!

With a love of cocktails and wine, a fantastic job in the fashion industry and the world’s greatest best friends, Clara Andrews thought she had it all.

That is until a chance meeting introduces her to Oliver, a devastatingly handsome American designer. Trying to keep the focus on her work, Clara finds her heart stolen by lavish restaurants and luxury hotels.

As things get flirty, Clara reminds herself that inter-office relationships are against the rules, so when a sudden recollection of a work’s night out leads her to a gorgeous barman, she decides to see where it goes.

Clara soon finds out that dating two men isn’t as easy as it seems…

Will she be able to play the field without getting played herself?

Join Clara, as she finds herself landing in and out of trouble, re-affirming friendships, discovering truths and uncovering secrets.

My thoughts on the book: Meet Clara Andrews is the first installment in the Clara Series by author Lacey London. I must admit that I had a fun time delving into this easy, light read, which is reminiscent of Bridget Jones and other chick lit novels. Clara has a likeable personality and she’s surrounded by good friends, which makes for an efficient cast.

Granted it contains your average amount of clichés (like the wealthy suitor) — and I also thought that Clara spent a crazy amount of time eating and drinking throughout the plot — but in the end, you get what you hope for, a heartwarming love story. Pretty much a guilty pleasure. Even though it’s not groundbreaking in the romance genre, it’s lovely and entertaining.

I think I’ll read the second book to see whether it gains in depth!

My score: ♥ ♥ ♥ (= I liked it a lot)