Alexandra Echkenazi

Le joueur de Baccara [Alexandra Echkenazi]

Cannes, janvier 1952. Scène de course-poursuite. Impact. Un homme à l’accent slave et au regard d’acier braque son arme sur la tempe d’un journaliste anglais qui le traque depuis des années et porte le nom de Ian Fleming.

Londres, dix ans plus tôt. Ian Fleming, jeune héritier sans vocation, est embauché au service de renseignements de la Navy. Il tient là l’occasion de devenir un vrai héros et de briller aux yeux de la belle Ann O’Neill. Mais en fait de missions excitantes, Ian est assigné derrière un bureau à des tâches administratives. L’humiliation est d’autant plus cuisante qu’Ann semble être convoitée par un énigmatique ressortissant yougoslave… aussi beau et sûr de lui que Ian est gauche et hésitant, et se présentant comme un riche homme d’affaires.
Est-il vraiment ce qu’il prétend être ? Quelle est la véritable raison de sa présence dans la capitale anglaise en plein Blitzkrieg ? L’imagination de Ian s’emballe et il se lance dans une enquête sans relâche sur cet homme mystérieux. Une enquête qui tourne à l’obsession et risque de compromettre la plus vaste opération d’espionnage britannique de la Seconde Guerre mondiale…
De Londres à New York en passant par Lisbonne, Belgrade, Dubrovnik, la Jamaïque et la France, Le Joueur de baccara est le roman vrai de la naissance de James Bond, ou la rencontre entre un futur écrivain, Ian Fleming, créateur du personnage de 007, et son modèle, Dusko Popov, considéré comme l’un des plus grands espions de tous les temps.

Mon avis : En lisant le synopsis, j’ai été immédiatement séduite par cette histoire inspirée par la vie de Ian Fleming, auteur qui a donné vie à l’espion le plus célèbre au monde. À l’image des films de 007, le roman démarre sur les chapeaux de roues avec une course poursuite haletante mettant en scène Ian Fleming et le personnage mystérieux de Dusko Popov, un agent secret aussi dangereux que charismatique qui aurait largement inspiré le personnage de James Bond.

Certes basé sur des faits et des personnages réels, Le joueur de Baccara n’en demeure pas moins une fiction où l’imaginaire vient se mêler à la réalité. Le récit fera le bonheur des lecteurs férus d’histoire et d’actions. L’auteure a manifestement fait son travail de due diligence en nous concoctant un roman fouillé sur le plan historique, mais également rythmé et captivant. J’ai enchaîné les chapitres à la vitesse de l’un des bolides de James Bond. J’ai trouvé que le portrait de Ian Fleming était très secondaire dans l’histoire, faisant la part belle à l’agent double Dusko Popov, une figure historique que j’ai eu grand plaisir à découvrir (en particulier au vu de l’explication de l’auteure en notes de fin). Je dois avouer que la personnalité de Ian Fleming m’a plutôt déçue. Il est présenté comme un véritable anti-héros, rongé par la jalousie et dépourvu de charisme. Popov lui vole carrément la vedette et ce n’est pas étonnant. Un peu à l’image de l’écrivain qui s’efface derrière son héros narratif, Fleming est vraiment transparent à côté d’un personnage aussi romanesque que Popov.
En terminant ce livre, j’avais non seulement une nouvelle appréciation des événements majeurs ayant jalonné la Seconde Guerre mondiale sur le plan des actions menées par les services de renseignement, mais également la sensation d’avoir vu se dérouler un véritable scénario de film d’action comme les films hollywoodiens.

À lire d’urgence si vous aimez les histoires menées tambour battant !

Verdict : ♥ ♥ ♥ ♥ (=j’ai adoré)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s